Tempête sur la côte

Une guerre fait rage sur l’autre versant des dunes, l’océan est déchaîné.

De loin en loin, sans relâche, la sirène hurlante d’un vent halluciné.

Les foins giflés, couchés.

On entend, jusque dans la poitrine, le tonnerre des grandes déferlantes battant la côte sur son flanc, roulement de timbales géantes.

Et le râle puissant du ressac aspirant l’âme du continent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.