Taï chi

Suis allée marcher longtemps dans le champ, dans le bois, dans le froid. Je me suis retrouvée dans la petite clairière secrète, au soleil et à l’abri du noroît.
C’est là, les pieds plantés dans la poudreuse, que la robuste Mika et moi nous arrêtions jadis pour notre routine de taï chi hivernal.
 
Hélas, je ne me souviens plus de la routine et mon chien est mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.