Posts Tagged: nature

Crépuscule

Quand la nuit a vraiment l’air de tomber
Crépuscule-09
Crépuscule-10

Crépuscule

J’ai contemplé ce spectacle jusqu’à la nuit, en compagnie d’une grive, quelques ouaouarons et une bande de rainettes…

  • Crépuscule-08
  • Crépuscule-01
  • Crépuscule-07
  • Crépuscule-03
  • Crépuscule-04
  • Crépuscule-02
  • Crépuscule-06

Vous êtes ici!

J’ai exploré un nouveau sentier cet après-midi.
Il y avait un panneau:

Aucune description de photo disponible.

Avant l’orage

orage-01
orage-03
orage-02

Dans les plates-bandes de mère Nature

Jour de promenade au paradis, là où les végétaux se conjuguent au gré de leurs affinités.
C’est échevelé, cacophonique, gargantuesque, capiteux…

En vedette entre le fleuve et le cap :
Rosiers d’embruns, caille-lait et vignes des rivages, vesce, gesse maritime, silène et trèfle rose, asclépiades, herbe-à-puce et vinaigriers, chiendent, folle avoine, fléole des prés, et tous les petits fruits encore en fleurs.

fleurs au fleuve-15

  • fleurs au fleuve-13
  • fleurs au fleuve-14
  • fleurs au fleuve-06
  • fleurs au fleuve-09
  • fleurs au fleuve-08
  • fleurs au fleuve-16
  • fleurs au fleuve-07
  • fleurs au fleuve-05
  • fleurs au fleuve-04
  • fleurs au fleuve-12
  • fleurs au fleuve-17
  • fleurs au fleuve-02
  • fleurs au fleuve-03
  • fleurs au fleuve-10
  • fleurs au fleuve-11
  • fleurs au fleuve-01
  • fleurs au fleuve-18

Réveil à l’aube

Réveil à l’aube au chant flûté de la grive. Comme dans la forêt magique.

Amélanchier

Du bon côté des choses, s’achève l’heure de gloire du modeste amélanchier.
Petites poires en fleurs, corolles de cinq pétales échevelés, comme des milliards de mini magnolias étoilés, rejoignent au couvre-sol les fraisiers fleuris.
Au tour des pompeux pommiers, et du lilas, gai lon la, gai le lilas!

Mai

Le premier mai bourgeonne à ma fenêtre mettant en vedette: érables rouges, érables à sucre et le magnolia de Josette.

Mai

Rivière gonflée

Rivière-01
Rivière-03
  • Rivière-02
  • Rivière-16
  • Rivière-15

L’onde

Rivière-13
  • Rivière-14
  • Rivière-12
  • Rivière-11

En remontant la rivière

  • Rivière-05
  • Rivière-06
  • Rivière-07
  • Rivière-08
  • Rivière-09
  • Rivière-10

Dans le bois avec les aubépines

  • Dans le bois-07
  • Dans le bois-08
  • Dans le bois-05
  • Dans le bois-10
  • Dans le bois-09
  • Dans le bois-06

Dans le bois

Dans le bois-04
      Dans le bois-11

Dans le bois

Dans le bois-03
Dans le bois-01
Dans le bois-02

Jours de fonte

Fonte-0
Fonte-10
Fonte-12
Fonte-13
Fonte-11

Jours de fonte

  • Fonte-14
  • Fonte-15
  • Fonte-16
  • Fonte-17
  • Fonte-18

Mars précoce

Mon sentier d’hiver a repris ses aises de gros ruisseau. Je l’ai constaté en une fraction de seconde.
J’ai fait spouitche spouitche tout le reste de l’après-midi…
Fonte-01
  • Fonte-03
  • Fonte-06
  • Fonte-04
  • Fonte-02
  • Fonte-07
  • Fonte-05
  • Fonte-08

Les sucres

Aidé par son grand-papa, le petit verbomoteur de deux ans accroche un seau sous le chalumeau de l’érable à sucre:
– «Grand-papa, y où sio igrab?»

L’oie des neiges

Marchant sur la banquise nez au vent, j’ai failli trébucher sur une oie, assise là.
Blanche oie des neiges sur neige blanche, elle m’a jeté, sans broncher, un regard noir.
Pas pressée non plus, je me suis assise aussi.
Coites, becs au vent, on a regardé les glaces passer.

Glace de décembre

Décembre. Des nuits à -20. La froidure.

Au bord du grand fleuve en fin d’après-midi se déclinent tous les tons de bleu, de jaune et de rose.

À la faveur de la marée baissante, la ligne des rochers pointe lentement à la limite des eaux profondes, rétrécissant le chenal comme par surprise. En marchant longtemps, j’avais vu venir de loin le champ de jeune glace couvrant le fleuve sur toute sa largeur. Voici qu’il est entravé dans son cours, voici qu’au grand ralenti la glace doive se compresser, se recroqueviller, se télescoper, se déchirer, se concasser pour passer. Voici qu’elle se frotte à la barre de récifs, qu’elle gémit, qu’elle grince et qu’elle explose dans un interminable fracas de tremblement de terre.

La glace grise de ce décembre s’excite facilement mais n’est pas trop obstinée, elle est passée. Elle laisse la place à l’onde lisse qui descend paisiblement vers l’océan.

Très loin vers l’amont, là ou le fleuve disparaît entre ses rives, le soleil fait flamber les orangés avant de plonger au-delà de l’horizon sud-ouest.
Il est 16 heures, à l’heure d’hiver.