Minute nostalgie

On quitte la maison de l’enfance. Au fil de plus d’un demi-siècle, le petit bungalow se fait bricoler, négliger, rafistoler, re-négliger, puis rénover à peu près.
Au fil de plus d’un demi-siècle, il a été notre nid familial, la maison du paternel, l’héritage aux sœurs Lali, le bonheur des vieux jours de notre petite maman, la maison de ma sœur, le logis de quelques locataires. Il boucle finalement la boucle, fiston vient de s’y installer.

 

Je n’avais pas oublié qu’avec mon grand frère et ma petite sœur, comme des enfants des cavernes, nous avions dessiné à la grandeur de la cave, d’un bout à l’autre, jusqu’au plafond. Avec des feutres, avec des craies, avec des retailles de placoplâtre (que nous allions piquer sur les chantiers de construction, nombreux dans les alentours de notre jeune quartier). Les heures de plaisir immense que nous avions!
Je n’y étais malheureusement pas lors des rafistolages et autres rénovations, j’en aurais fait un charmant reportage photo. Mais une infiltration d’eau chez fiston nous a offert aujourd’hui ce petit échantillon.
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.