Blues du dimanche soir

J’écoutais à l’instant la chanson Quand les hommes vivront d’amour, le classique de Raymond Lévesque.

Je me rappelle que, dans les années 70, ce texte était un chant d’espoir. Il nous réjouissait, nous les jeunes chanceux qui allions le vivre.
Aujourd’hui, elle me remplit de tristesse. Les hommes ne vivront pas d’amour de notre vivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *