Retouche et restauration photographique

Retouche faite à partir d’un fichier numérique. J’ai atténué le flou du sujet principal et enlevé l’enchevêtrement de ficelle.

Pour faire retoucher ou restaurer vos photographies, suivez ce lien.

Retouche-3-A   Retouche-3-B

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Retouche et restauration photographique

Épreuve originale suivie de la version restaurée.

En l’absence de négatif, j’ai restauré l’épreuve argentique (3 po. x 5 po., sur papier glacé) que j’ai préalablement digitalisée en haute résolution.
Le fichier ainsi restauré peut mesurer jusqu’à 10 po. à une résolution de 350 pixels par pouces.

Pour faire retoucher ou restaurer vos photographies, suivez ce lien.

Restauration-14-A      Restauration-14-B

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Retouche et restauration photographique

Retouche faite à partir d’un fichier numérique.

Pour faire retoucher ou restaurer vos photographies, suivez ce lien.

Retouche-1    Retouche-2

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Retouche et restauration photographique

Épreuve originale suivie de la version restaurée.

En l’absence de négatif, j’ai restauré l’épreuve argentique (3 po. x 3 po., sur papier glacé) que j’ai préalablement digitalisée en haute résolution.
Le fichier ainsi restauré peut mesurer jusqu’à 10 po. à une résolution de 350 pixels par pouces.

Pour faire retoucher ou restaurer vos photographies, suivez ce lien.

Restauration-27-A

Restauration-27-B

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Retouche et restauration photographique

Épreuve originale suivie de la version restaurée.

En l’absence de négatif, j’ai restauré l’épreuve argentique (2 po. x 2 1/2 po., sur papier mat) que j’ai préalablement digitalisée en haute résolution.
Le fichier ainsi restauré peut mesurer jusqu’à 10 po. à une résolution de 350 pixels par pouces.

Pour faire retoucher ou restaurer vos photographies, suivez ce lien.

Restauration-04-1       Restauration-04-2

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Retouche et restauration photographique

Épreuve originale suivie de la version restaurée.

En l’absence de négatif, j’ai restauré l’épreuve argentique (3 1/2 po. x 2 1/2 po., sur papier glacé) que j’ai préalablement digitalisée en haute résolution.
Le fichier ainsi restauré peut mesurer jusqu’à 10 po. à une résolution de 350 pixels par pouces.

Pour faire retoucher ou restaurer vos photographies, suivez ce lien.

Restauration-22-petit

Restauration-22-C-petit

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Retouche et restauration photographique

Photographie datant des années 20, version originale digitalisée suivie de la version restaurée.

En l’absence de négatif, j’ai restauré l’épreuve argentique (2 1/2 po. x 4 1/2 po., sur papier glacé) que j’ai préalablement digitalisée en haute résolution.
Le fichier ainsi restauré peut mesurer jusqu’à 5 1/2 po. x 10 po. à une résolution de 350 pixels par pouces.

Pour faire restaurer vos photographies, suivez ce lien.

Restauration-02-comparaison-petit

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Retouche et restauration photographique

Travail zen, j’adore ça!

En photographie, comme en musique, en ébénisterie, ou en beauté des visages, la retouche et la restauration de pièces anciennes est un travail de minutie, auquel s’ajoute la question périlleuse de «savoir jusqu’où aller». Comme en musique, en ébénisterie, ou en beauté des visages, deux tendances s’opposent : d’un côté, les tenants de la «perfection plastique», de l’autre, ceux qui préfèrent laisser aux œuvres leur facture d’époque.

Il y a bien les modes, mais il n’y a pas de règles, ni de recettes établies. Ainsi, au-delà de sa capacité à manier des outils informatiques hyper performants, c’est la sensibilité du restaurateur qui le guide et qui le définit… Personnellement, je suis «pour» le sépia, «pour» la patine du vieux bois, «pour» le crépitement d’un vieux tango, «pour» la ride de caractère…

Voici un exemple de restauration «équitable»:
Photographie d’auteur inconnu datant des années 20, version originale digitalisée suivie de la version restaurée.
En l’absence de négatif, j’ai restauré la mini-épreuve argentique (1 1/2 po. x 2 1/2 po., sur papier glacé) que j’ai préalablement digitalisée en haute résolution.
Le fichier ainsi restauré peut mesurer jusqu’à 10 po. x 6 po. à une résolution de 350 pixels par pouces.

Pour faire restaurer vos photographies, suivez ce lien.

Restauration-01

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Carnets d’écriture de ma bisaïeule

Nous avons trouvé des carnets d’écriture et quelques lettres de mon arrière-grand-mère, Léontine Bibiane Mallette, datant de la fin dix-neuvième siècle. Humour, fantaisie, émotion et raffinement portés par une délicate cursive à l’encre turquoise sur papier jauni, somme toute très bien conservés.

Ils contiennent l’histoire des familles Malette et Dextrase de Béziers, des réflexions, des hommages, des poèmes, des chansons… sous le titre «Notes et souvenirs de famille, suivi d’un peu de littérature fantaisiste, inédit». Je précise qu’elle a produit au cours de la même époque une trâlée d’enfants. Bref, un trésor inouï!

Quand j’ai du temps, je recopie tout ça, pour la postérité. Voici quelques extraits, dont je n’ai rien corrigé.

Bisaieule

«Notes biographiques relativement à la famille Mallette

Grand-Père Pierre Mallette malgré son âge avancé avait conservé les belles couleurs roses de ses joues et à soixante et dix ans il avait encore toutes ses dents saines.
Il ne fumait pas.
Grand-mère était une élégante de son temps.
Beau maintien toujours vêtue proprement portait toujours corsage baleiné à la mode courante de ce temps-là.
Stricte économe laborieuse.

Décès de Grand-Maman en décembre 1878.
Grand-Père en juillet 1884.»

Cahier vert-page 11   Cahier vert-page 12

Textes poignants écrits après la mort de son père (en 1888):

«… Je me rappellerai toujours les belles messes de minuit quand la Chorale chantait la Pastorale de Lambiotte, chant préféré de mon père et qu’il s’avait si bien diriger.
Ses derniers moments de vie furent pénibles.
Sa maladie dura quarante jours.
Dans l’avant-midi du jour de son décès (le 2 novembre 1888), il nous fit réunir tous les sept jeunes enfants que nous étions ainsi que notre mère auprès de son lit.
Il se fit asseoir pour nous parler.
Il nous disait d’une voix entre-coupée de soupirs qui ressemblaient à des sanglots.
Mes enfants vous êtes bien jeunes mais souvenez-vous toujours de ce que je vais vous dire pour la dernière fois.
Soyez toujours francs et honnêtes… N’abandonnez jamais votre mère…
À quelque malheur que nous soyions appelés durant cette vie il ne faut jamais oublier de respecter nos parents lesquels après Dieu sont et doivent être tout pour nous…
Moi… j’ai eu un bon père et une bonne mère et aujourd’hui j’ai la suprême consolation de n’avoir jamais failli à mes devoirs envers eux. Quelques instants après il dit à maman «demain je serai mieux».

Dans l’après-midi, alors que Corine revenait de l’exercice de musique à l’église, il lui demanda si c’était la messe des Anges qu’elle pratiquait et comme elle ne pouvait répondre vu son émotion, il entonna d’une voix ferme le «Gloria in exelcis Deo» et ce fut à cet instant qu’il tomba dans l’agonie……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..…… (lire la suite)

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone