Articles étiquetés: objets

Petit chalet rétro

Chalet-22
Chalet-18
Chalet-19
Chalet-20
Chalet-21
Chalet-23
Chalet-25
Chalet-26
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Petit chalet rétro

Chalet-11      Chalet-12
Chalet-13      Chalet-14
Chalet-15       Chalet-16       Chalet-17
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Petit chalet rétro

Chalet-01      Chalet-02
Chalet-03      Chalet-04
Chalet-05      Chalet-06
Chalet-07      Chalet-08
Chalet-09      Chalet-10
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Le vieux piano de Madeleine

Il y a quelques temps je cherchais un piano pour Mémé. Que je l’ai finalement trouvé par mon groupe privé de «prêt et de partage». Dans ce fou groupe, il y a Mylène Moisan, chroniqueuse au journal le SOLEIL. Elle a trouvé l’histoire belle, elle la raconte en page deux du journal de ce matin.

Ça tombe bien, Reine-Mère avait le tempérament d’une vedette. Je lui ai souvent répété: maman, faut que tu écrives tes mémoires, ce serait des mémoires passionnantes et très drôles. Elle ne l’a jamais fait, elle «ne savait pas par où commencer». Sans compter qu’elle n’aurait peut-être pas fait LA DEUX du journal…

EH BIEN ÇA ALORS!, que vous vous dites, n’est-ce pas? Moi aussi!

Lire l’article
Ma photo accompagnant l’article:

Piano

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Party de vinyles

«Repos» au lac

lRepos-1       Repos-2

Note: La pruche géante était menaçante.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Chez Temporel de nuit

Temporel-01

Temporel-02

Temporel-03

Temporel-04

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Ocean House, East Coast-1

Notre hôtel préféré de la Nouvelle-Angleterre est un vieillard pittoresque et chambranlant qui se tient debout, face à l’océan, depuis 1895. Miraculeusement, il est l’un des derniers a avoir été épargné par les éléments, le climat océanique et les incendies, qui ont fait ravage dans cette station balnéaire populaire.

À l’époque, les dames de la haute société débarquées du train avec leurs malles s’y installaient pour l’été. Une trentaine de petites chambres aux quatre vents, des boudoirs, des vérandas ouvertes, ou couvertes, la bibliothèque et la grande salle à manger leur offraient une escale indolente à souhait dans les embruns iodés. Les meubles devenus anciens, la déco devenue antique, les tapis limés par le sel et le sable, les portes secrètes, les corridors tricotés, le grand et les petits escaliers de bois grinçant, le piano défraîchi, les stores horizontaux cliquetant dans les fenêtres de bois gauchies… l’endroit est resté dans son état naturel. Pas de chirurgie esthétique, pas de traitement unilatéral de modernité, pas d’air climatisé, mais une bonne santé. Il est un authentique représentant de l’architecture de la Côte-Est de la fin du dix-neuvième siècle.

L’hôtel est tenu de près depuis trois générations par la famille Paul, longtemps résidente des lieux. Lorsque j’étais petite, M. Paul s’occupait de la bâtisse et y tenait le bar, pendant que son affable épouse voyait au bien-être de ses hôtes en y élevant sa fille.  À chacun de nos séjours, comme lorsqu’on visite une vieille tante, nous constations l’usure du temps. Sur les alentours, sur la structure, et sur les gens. Lente désagrégation de la dune. Prolifération d’hôtels sans âme et de vacanciers bruyants. Décès de M. Paul. Longue maladie de Madame Paul, puis son décès. Leur petite fille aux longues tresses noires est ensuite devenue la dame maîtresse du lieu. C’est aujourd’hui au tour de ses filles à elle de tenir la barre du bâtiment et de garder le cap.

Merci!

Voir aussi: Ocean House, East Coast-2

  • Ocean House-8
  • Ocean House-9
  • Ocean House-10
  • Ocean House-11
  • Ocean House-12
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Tu parles d’un jeu!

Le concours d’orgue de Québec

Ah les amis… nul ne fut tenté par le rendez-vous, sots que vous êtes. Je finirai bien par en convertir quelques-uns, je vous le jure.

Ce n’est pourtant pas juste du vent dans des tuyaux. Ce n’est pourtant pas le petit clavier de mononcle Jean-Paul, ni le petit orgue de la salle paroissiale. C’est un grand Casavant, un beau néo-baroque de 35 tonnes, 69 jeux multipliés par quatre claviers manuels et un de pédalier, quelque 5000 tuyaux. Et des jolis petits noms évocateurs tels que: montre, bourdon, flûte à cheminée, doublette, voix céleste, plein jeu, voix humaine, quintaton, flûte bouchée, prestant, flûte à fuseau, nazard, principal italien, tierce, larigot, sifflet, cor de nuit, soubasse, bombardon…  le tremblant, le muet, le vent, le grand jeu, le tutti!…

C’est une case à vent, une vertigineuse cage à flûtes taillée sur mesure pour le diable lui-même. Aux commandes infernales, trois petits bouts d’hommes et de femmes jouent dangereusement à dieu pendant quatre heures. Voilà qu’on emberlificote le vilain, que l’on chatouille le monstre, qu’on le met parfaitement en colère, dans une rage du maudit, dévastatrice, qui donne la chair de poule, fait claquer les dents et terrorise les enfants. On craint qu’il ne s’évade, qu’il ne s’échappe sous pression en petits bouts de vent propulsés dans des milliers de soufflets, de tuyaux, de soupapes, de jalousies. C’est à ce moment que brusquement il nous absorbe, nous envahit, prend le contrôle de notre pouls, de notre respiration, du flux de notre sang, des synapses de nos neurones : qu’il nous possède!…

Juste un peu… puisque voilà que de là-haut on le charme, l’hypnotise, l’embrouille, qu’on te le berce un peu, frisant le rendormir. Puis qu’on se paie sa tête, qu’on le gifle, le pique, le pioche, qu’on tente de le convertir en l’aspergeant d’eau bénite, qu’on le torture, pour l’achever finalement dans les «Alléluias sereins d’une âme qui désire le ciel». Il hoquette violemment en spasmes gigantesques, tremble de tous nos os, de toutes les colonnes du temple et, hystérique, le monstre abdique et replonge au fond des ténèbres, au cœur des méandres de l’épouvantable et immortel monument. Encore une fois la bête est mâtée, contenue.

On ouvre les yeux.
Il fait un peu plus chaud, un peu plus noir.
Les vitraux ont tenu. Les centaines d’âmes également, semble-t-il. Ne demeure que le léger frisson d’effroi des chandelles votives dans leurs ampoules bleues.

On l’a échappé belle!
Tu parles d’un jeu…

  • St-Roch-1
  • St-Roch-2
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Petit bonheur

Après une moitié de pamplemousse nature, j’ai fait revenir dans un peu d’huile d’olive un morceau d’oignon blanc émincé, ajouté des quartiers de tomate fraîche, quelques feuilles parfumées de basilic, le poivre du moulin, le sel de mer, et j’y ai échappé un petit œuf de vraie poule que j’ai tout de suite caché sous le couvercle jusqu’à ce qu’il soit légèrement poché.
Avec une noix de beurre sur mon pain aux grains, un allongé au lait chaud avec un soupçon de miel de trèfle… la clarinette de Mozart jouée par un jeune virtuose italien et le soleil qui se lève dans mon jardin, c’est le bonheur!

077a8d9

                                                       Café rouge (pastel)

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Série Côte-Est-2

Banc de bois

  • Chambre 7
  • Après le bain, chambre 5
  • Vue sur la mer, chambre 5
  • Porte ouverte dans la grande chambre
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Série Côte-Est-1

Série Côte-Est-1Série Côte-Est-1.
.

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Maritimes-5 (en passant à Chéticamp)

  • Maritimes-8
  • Maritimes-10
  • Maritimes-9
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Christmas At The Beach

Sorry! Closed for the season

Closed-13

  • Closed-8
  • Closed-6
  • Closed-7
  • Closed-5
  • Closed-4
  • Closed-3
  • Closed-9
  • Closed-2
  • Closed-1
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La première neige

Tout est recueilli sous un feutre, il a neigé ce matin.
La saison triste a tenté de s’étirer jusqu’au solstice et y est presque arrivée.

La première neige…
Chaque fois je suis ébahie, chaque fois toute chose me réapparaît, nouvelle.

Café blanc

                                                                Café blanc (pastel)

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Tête-à-tête en différé

En quittant la maison ce midi je t’ai cueilli, en pensée, trèfle rose, chicorée et carotte sauvage. Un léger bouquet, dentelle de fin d’été. À la terrasse du café, il me prend l’envie de t’écrire. Dépose s’il te plaît cette gerbe sur la table où tu boiras un thé, cruelle amitié en différé.

Septembre est doux comme juillet, rémission avant le givre et les intérieurs. Les érables rougissent franchement. La ville est belle, les gens sourient…

Mon humeur est un camaïeu. Je nage dans les bleus de mes pastels, bleu sur le tablier, bleu sur les doigts, bleu sur les joues.

L’ange qui se reposait sur mon épaule, posé là comme un oiseau, me sourit gentiment ces temps-ci. Je réalise des images qui accompagneront, en grand format dans un musée, les âmes disparues.

  Chez Temporel (pastel)

                                                      Café au bord du fleuve (pastel)

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Chez Temporel

Chez Temporel

                                       ,               Chez Temporel (pastel)

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone