Articles étiquetés: nature

Le prince

Grenouille

Je me souviens d’un autre prince, voir ici: Princesse au bout du quai

 

Amours libellules

Libellules

 

«Repos» au lac

lRepos-1       Repos-2

Note: La pruche géante était menaçante.

 

Jean Laliberté 1956 – 2006

Photo Jean Laliberte

Il est cruel de survivre à son enfant.

J’ai amené ma vieille maman, hier, sur la tombe de mon frère.
Pourquoi donc retourner où l’on a enterré les dépouilles de nos défunts. Sans doute pour raviver le souvenir de leur chère présence. Ainsi, nous avons ri.

Le cimetière est un abri au cœur de la cité. Loin du bruit, du bitume, de la chaleur caniculaire. Sans urgence, on n’y attend rien et il n’y arrive rien.
On peut s’asseoir sur l’herbe, mieux, s’y étendre avec, à travers les ramures, vue libre sur des nuages à lire. Altocumulus.

Le lot est à trois pas du boisé. La nature étant plus résiliente que nous, l’endroit nécessite à première vue un grand débroussaillage. Quel fouillis!
Certes, des fleurs «nobles», que j’avais mises en terre elles aussi, profitent de l’endroit tiède. Au fil des ans, une joyeuse débauche de «mauvaises herbes» les ont rejointes le plus naturellement du monde. Plantain majeur, pissenlit, surette, petite oseille, consoude, laiteron… sur arrière-plan framboisier et montagnes. Toutes plantes nourricières ou médicinales. Nous ne toucherons à rien de cette charmante salade. C’est telle quelle que Jean l’aimait.

Petite lumière

Ce n’était pas une luciole, c’était une étoile filante.

 

Journée au jardin

Je pense à installer moi-aussi une petite pancarte près de la rue.
Mais la mienne se lirait plutôt comme ceci:
TERRAIN 100% NATUREL – PLANTAIN ET PISSENLIT 100% BIO, BIENVENUE AUX AUTO-CUEILLEURS!

 

Petite lumière

Ce n’était pas une étoile filante, c’était une luciole.

 

Gris et vert

Des heures à rouler sous un déluge infini. À nager, plutôt, entre stratus et bitume, à travers la campagne noyée. Les champs font marécages. Les rus vont, rivières. Le fleuve est la Mer du Nord.

 

Glace à la plage

Glace-31

 

Glace à la plage

Glace-23       Glace-21       Glace-22

 

Glace à la plage

Glace-25       Glace-26       Glace-27

 

Glace à la plage

Glace-20       Glace-17        Glace-18
Glace-30       Glace-19        Glace-16

Glace à la plage

Glace-24       Glace-29       Glace-28

 

Glace à la plage

Glace-11       Glace-15       Glace-12
Glace-07       Glace-08       Glace-09
Glace-13       Glace-10       Glace-14

 

Glace à la plage

Glace-03        Glace-02        Glace-04
Glace-05        Glace-01        Glace-06

 

Les vieux chapeaux

Chapeau-1       Chapeau-11       Chapeau-2
Chapeau-9       Chapeau-3       Chapeau-7
Chapeau-4       Chapeau-10       Chapeau-6
Chapeau-8       Chapeau-5       Chapeau-13
Chapeau-12       Chapeau-17       Chapeau-18
Chapeau-14       Chapeau-15       Chapeau-16

Le cap rouge au crépuscule

;;Cap rouge-4      Cap rouge-5      Cap rouge-6

 

Le cap rouge au crépuscule

;;Cap rouge-1  ; ; Cap rouge-7Cap rouge-3

 

Le héron bleu

;;Héron-1        Héron-3

;;Héron-4        Héron-2

 

Le grand héron

Je n’avais pas mon équipement photographique.

À flanc de cap, à la faveur du soleil oblique de septembre, le grand héron est passé au-dessus de ma tête comme un éclair au ralenti. Il s’est arrêté en l’air, suspendu, a ramassé ses grandes ailes, ses grandes pattes, son grand bec au bout de son grand cou, et il a déposé ce lourd bagage sur la branche d’un grand pin. Il s’est balancé gauchement un moment avant de trouver son équilibre et de prendre la pose élégante. Je l’ai observé longtemps se prendre pour la plus magnifique estampe japonaise, puis, sans se lasser, lisser ses rémiges à gestes amples d’ailes et de bec.

Après une petite éternité, il a rassemblé son gréement et a lancé bruyamment ses voiles dans le vent, jusqu’à la rive du fleuve.

 

Mai dans la pommeraie-2

Mai dans la pommeraie-1

Pommiers-9Pommiers-10Pommiers-11Pommiers-12

 

Bégonias

Bégonias-1Bégonias-2

 

La promenade du junco

Le minime junco ardoisé, l’air d’un petit poulet en habit de deuil, traverse furtivement, en diagonale, mon jardin. Comme en danger, comme en urgence, il sautille, picore, sautille, picore, et sautille et picore encore.
Fructueuse fuite.

 

La glace à la plage

En ces temps de fonte des glaces sur le fleuve, il n’y a pas assez de mots pour décrire la couleur et la matière.

Les bleus acier, aigue-marine, ardoise, azur, cobalt, cyan, lapis-lazuli, lilas, lune, nuit, outremer, paon, pers, pétrole, Prusse, roi, sarcelle, turquin, turquoise… Miroir, ivoire, verre, ardoise, néon, placoplâtre, feutre, ouate, dentelle, meringue, biscuit, sucre d’orge, sucre en poudre, crème fouettée, barbe-à-papa…

 

Petites scènes de chasse

Il fait froid, mais il fait beau.

Le soleil commence à réveiller les chaumières, les tanières et les ventres creux.
La ribambelle des trotte-menu, petit fretin, est en balade.
Elle sautille, gambade, explore, joue et… cherche quelque chose à se mettre sous la dent…

La souris se promène…

Petite chasse-1

Elle danse, même!

Petite chasse-2

L’écureuil cueille les cocottes

Petite chasse-3

Les cocottes

Petite chasse-4

Hop, le lapin!

Petite chasse-5

Oups… un renard!

Petite chasse-6

Hélas, la souris a croisé le renard…

Petite chasse-7

Le harfang aurait-il croqué le renard?

Petite chasse-8

Allons-nous-en d’ici!

Petite chasse-9

FIN

Petite chasse-10

Edward Burtynsky

Voyez les photographies d’Edward Burtynsky, effroyables, magnifiques, essentielles: http://www.edwardburtynsky.com/

 

Tempête sur la côte

Une guerre fait rage sur l’autre versant des dunes, l’océan est déchaîné.

De loin en loin, sans relâche, la sirène hurlante d’un vent halluciné.

Les foins giflés, couchés.

On entend, jusque dans la poitrine, le tonnerre des grandes déferlantes battant la côte sur son flanc, roulement de timbales géantes.

Et le râle puissant du ressac aspirant l’âme du continent.

 

Retour d’Italie

Revenir de chez ma folle amie, c’est comme revenir d’un chez-soi-en-Italie!

Hélène n’a pas son pareil pour illuminer son petit logement loué à pépé Paolo. Pour colorier sa cuisine, sa cour, son amitié. Elle n’a pas son pareil pour venir à notre rencontre en courant, le sourire géant, nous ramasser à bras le corps comme une vraie mamma, et sur-le-champ nous faire visiter son jardin.
Elle n’a pas son pareil pour faire d’une minuscule cour métropolitaine un potager méditerranéen, généreux et luxuriant jusqu’en octobre, qu’elle transporte amoureusement jusqu’à sa table. À côté du pommier, des pruniers et des lilas au repos qui ont livré leurs parfums, leurs fruits ou de joyeuses confitures, des brassées de légumes foisonnent encore dans une indiscipline toute latine. Tomates et aubergines, bien mûres, pendent à leurs plants, melons et courges de toutes les couleurs rampent paresseusement autour d’autres végétaux rendus. Une jeune vigne commence à se délurer dans les treillis. Terrasse digne d’une cour romaine avec sa main courante de marbre, sa balustrade de briques ajourées, son fer forgé. Partout des fleurs impossibles, et les grandes trompettes bleu ciel des volubilis qui enlacent la clôture, l’escalier, les murets, bordent la galerie et débordent du patio dans un fouillis extraordinaire.
On ne se fait pas prier, ensuite, pour s’asseoir à la table de sa minuscule cuisine ensoleillée sans autre intention que de se vautrer dans une paella gargantuesque et dans l’amitié, à boire du bon rouge, à refaire le monde une centième fois et à rire de nos vies depuis le printemps, sans démordre, sans pâlir, jusqu’au petit matin.

Décalage à prévoir au retour.

 

Le fleuve

Il avait ses grands airs des jours de soleil et de vent

Haut et sonore et brillant

Vif et mouvant

Émouvant

 

J’ai erré sur ses frontières emportée par son chant

Suivi la courbe de son flanc

Y suis restée prisonnière

En passant