Articles étiquetés: musique

Tango aux Salons d’Edgar

Tangos improvisés de Lise Nadeau et Denis Fulham, professeurs de l’École plaisir Tango

  • TangoLiseDenis-7
  • TangoLiseDenis-8
  • TangoLiseDenis-9
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Tango aux Salons d’Edgar

Tangos improvisés de Lise Nadeau et Denis Fulham, professeurs de l’École plaisir Tango

TangoLiseDenis-6        TangoLiseDenis-1
TangoLiseDenis-5        TangoLiseDenis-3
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Chopin

limpide et enveloppant

houle des archets dansants

vagues de velours caressants

gouttes courants rivières torrents

débandades vertigineuses

courses folles freinées effrénées

roulent de haut en bas du grand clavier

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Concerts pour petits budgets

C’était en cette période de fin d’année scolaire où toutes les classes de musique, tous les orchestres, chœurs et chorales offrent leurs concerts, récitals et concours de tout acabit.

Ne pouvant pas être à deux endroits en même temps, j’avais dû renoncer au grand ensemble à cordes du Conservatoire de musique qui sévissait à la très agréable Chapelle historique du Bon-Pasteur, aujourd’hui en désuétude. C’est plutôt la clarinette de l’Orchestre de l’Université Laval qui m’avait gagnée. Bien sûr, c’est ce vent, dans ce bois, qui me séduit toujours… souffle humain d’une profondeur et d’un mystère prenants.

La salle Henri-Gagnon du pavillon Casault est magnifiquement intime. En plus d’entendre, elle permet de voir. En plus de profiter des Mozart, Rossini, Britten et Prokofiev (pour une bouchée de pain), il nous a été donné de voir, à quelques mètres seulement, une bande d’échevelés faire de la musique en habits de soirée. Tignasses rebelles, ou bleutées, mentons velus, manches trop longues, papillons fripés, semelles compensées et souliers vernis. Fascinant de suivre ces regards juvéniles accrochés aux feuilles de musique, puis tout à coup rivés tout ronds à l’unisson à la baguette du chef.

Charmant de voir le grand maigrichon à lunettes, du haut de ses six sept pieds deux, chatouiller la clarinette de ses longs doigts blancs en la berçant doucement. De voir la belle jeune ronde cantatrice, empêtrée dans son décolleté, se composer une admirable moue de coquine pour entamer Rossini. De voir un large costaud, campé aux dessus de ses timbales, impeccablement aux aguets pendant tout un concert, juste pour y jeter comme un enfant ses boums et badaboums joliment ajustés. De voir les bras généreux d’un jeune chef-berger réunir toutes ces voix d’un seul geste ample et rassurant, pour les relancer toutes ensuite à gauche et à droite chacune à son ouvrage.

Le moment que j’ai préféré fut sans doute les deuxième et troisième mouvements de la Simple Symphony pour orchestre à cordes, composée par un Benjamin Britten de vingt ans. Imaginez onze violons, trois violoncelles et trois contrebasses entonnant, sans leurs archets, comme une bande d’indisciplinés, mais dans un ensemble brillant, tout un joyeux mouvement à cordes pincées, presto possible pizzicato sempre, «playful» dit-on, débridé je dirais. Suivi du troisième mouvement, enveloppant, triste et coulant comme une douce pluie d’été. Caricature impertinente de symphonie.

Puis dimanche, de la visite. Le chœur du Redeemer University College était à la petite chapelle décrite plus haut (entrée libre).
Pendant que les cinquante anges se répondaient, sur trois étages, de chaque côté du jubé, le Crucifixus de Bach, nous étions en totale béatitude. C’était divin. De quoi donner envie de croire à quelque chose…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Sonate pour violoncelle et piano

Les professeurs de piano et de violoncelle du conservatoire donnaient leur récital hier soir à l’Université Laval. Ils nous ont servi quelques extraits de l’émouvante Sonate pour violoncelle et piano op. 19, de Sergueï Rachmaninov.

Ah… cet andante! Un piano tout de notes bleues, en petits élans et en grande retenue. Puis, le désemparement noble du violoncelle. Et un duo si grave que la terre veut s’ouvrir. Suivi de l’allégro mosso, emportement éperdu de milliers de notes charriées par une colère inouïe. Puis l’abandon, pur et digne, en spasmes saccadés, la voix de piano qui s’éteint, le violoncelle qui rend l’âme dans un souffle troublant.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Chopin

Tiède et frais comme l’eau, il me trouble, m’entoure, m’enroule, m’emporte, m’envahit, me chavire et me noie.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Duo de violes

Nuée d’abeilles dans le framboisier

Bourdonnements

Friselis des blés sous le vent

Pluie fine sur le carreau

Frisson sur le miroir de l’eau

Respirations

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Duo de violes

Les voix humaines

Dans une salle aux dimensions humaines
Des voix féminines

Deux violes
Comme demoiselles effarouchées, se chuchotent à l’oreille
Secrets, badinages, rires étouffés,
Feintes, effleurements, allusions, affolement

Deux violes
Comme demoiselles élégantes, batifolent
Boucles, dentelle, entrelacs,
Froissements, froufrous et ornements

Deux violes
Comme demoiselles fâchées, s’emportent
Jeux de chatons griffus,
Délicat fracas, déchirements

Deux violes
Comme demoiselles en folie, s’envolent
Arabesques, fantaisies, élans,
Retenue, égarement

Deux violes
Comme demoiselles brisées, défaillent
Tristes, étiolées, en pleurs
Effondrées vers l’intérieur

Sitôt leur phrase soufflée
Sitôt tue repliée retirée

Respirations

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Accompagnement

Ma canne joue de la flûte. Par grand vent elle souffle une petite note: do…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Nit Màgica

Nit Màgica, Xarxa Teatre
Théatre pyrotechnique espagnol

Au cœur du festival d’été, il règne à la Place D’Youville une atmosphère d’incendie majeur. La rue Saint-Jean est incandescente. Pendant que les odeurs soufrées de poudre nous prennent à la gorge, un opaque nuage rouge et lumineux nous aveugle en éclaboussant la vieille pierre des façades et la foule dense, comme si l’enfer y faisait subitement éruption. C’est Xarxa Teatre qui remonte la rue au son d’une musique moyenâgeuse tonitruante.

Dans leurs vastes tuniques brunes à capuchon, grossier cordon noué à la taille, des moines joyeux et sautillants, nous pétaradent un train d’enfer sur leurs tambours, sur leurs caisses claires et dans leurs bombardes retentissantes. Ils sont poursuivis par des diablotins féroces et tournoyants, cachés sous des cagoules rappelant le KKK, armés de pétards, de cornes de taureaux et de lances crachant d’immenses jets de feux d’artifice. Ils en arrosent énergiquement l’espace, les pavés et les badauds qui, terrifiés mais curieux, se massent derrière une rangées de vrais pompiers.

La foule pétrifiée jubile de bonheur tout au long du lent et singulier cortège qui, après avoir grimpé sur les fortifications, s’installe sur la porte de la vieille ville pour y allumer des jeux pyrotechniques époustouflants. Une multitude de petits engins vrillent dans tous les sens et s’allument les uns les autres en éclaboussant à la ronde leurs étincelles de feu, au son démesuré de la musique des troubadours déments… Comme si Dieu et Diable réglaient leurs comptes.

Vu de chez Marie nous sommes aux premières loges et hurlons d’une joie toute enfantine. Difficile de résister à cette folie.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Une autre chronique musique

J’ai ce dada de photographier les trésors artistiques cachés dans nos églises. C’était, jeudi dernier, le tour de la chapelle conventuelle des Soeurs de la Charité cachée derrière de banals édifices de béton, en contre-bas du Carré. D’aucuns auront aperçu au passage sa façade magnifique apparaître au bas de la côte D’Youville.

Cette chapelle est surprenante. Toute blanche et très étroite, elle se dresse bien haut sur ses quatre étages sagement cordés, quatre étages de balcons, de déambulatoires, de balustrades, de rampes, de paliers et d’escaliers, accrochés sur trois côtés généreusement fenestrés. En y pénétrant, on pense à ces bateaux à vapeur, illogiquement hauts, qui sillonnaient jadis le Mississipi, mais comme s’ils avaient été retournés le dedans vers le dehors, comme un gant, comme une chaussette, vous voyez? Enfin… Étourdissant!

Des petits sons enveloppants nous arrivent, tuuuuuuuu… vouuuuuuuuuu… bommmmmm… En se cassant le cou pour chercher des oiseaux tout en haut, on aperçoit le grand – vu l’étroitesse de l’endroit, mais en réalité petit – et joliment orné orgue Casavant: les claviers au troisième, les tuyaux, comme un large sourire doré dans une petite bouche, encastrés dans les troisième et quatrième jubés devant la coupole pleine de lumière. Mais… mais, sourire… édenté?!… Eh oui, il manque plein de tuyaux! En y regardant plus attentivement on distingue, encore plus haut au-dessus de tout ça, le réa principal d’un surprenant système de poulies, des câbles – de bateau, tiens – qui pendent ici et là, et une poignée d’hommes qui se battent, tout en nage, avec le fameux instrument – les frères Casavant eux-mêmes! dirais-je poétiquement: c’est le grand ménage de l’orgue.

Après quarante ans de loyaux services, c’est le grand toilettage, les ajustements, les rénovations de cette belle mécanique musicale. Les spécialistes entrent dans le ventre de la chose, grimpent, rampent, forcent, analysent, écoutent, cherchent la fuite, colmatent, testent… Démontent les systèmes compliqués de tuyauterie, de soufflerie, de volets, de tirants, de soupapes… Déracinent des pipes de toutes les grosseurs de toutes les longueurs, dont certaines n’en finissent pas, les font délicatement mais périlleusement voltiger d’un étage à l’autre, pour leur dénicher assez d’espace pour les coucher les unes à côté des autres, inoffensives, comme de grands arbres abattus. Les notes subtiles font place au grondement grossier et assourdissant des aspirateurs géants qui, on s’en doute bien, ne laisseront rien derrière, ne laisseront rien dedans. Trois semaines que ces hommes sont là à se démener autour du monstre, et au moins deux autres leur seront nécessaires pour en venir à bout. «Job de bras» et noble métier.

Un facteur d’orgue (ou organier) est un artisan spécialisé dans la fabrication, la maintenance, la réparation et la restauration d’orgues. Ce métier nécessite la maîtrise de nombreuses techniques, dont la menuiserie, la mécanique, le travail et le formage des métaux ainsi que des connaissances musicales et acoustiques très sérieuses ; il est répertorié parmi les métiers de l’artisanat d’art.

Photographie tirée du projet Art sacré, actes créateurs

P1020259-B-blog-2

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Chronique musique

Comme regarder le chef cuisiner, le peintre peindre, le sculpteur sculpter, ce que j’aime de la musique, c’est être là quand elle est jouée. Être assez près pour la voir, la sentir, la toucher, la goûter, presque. Entendre les doigts glisser sur les cordes en un sifflement furtif… les touches, les clés, les marteaux frapper à petits pas feutrés… entendre, dans la vaste salle, cet écho particulier du grand piano à queue sur le plancher de bois franc. Je déguste les visages des musiciens, leurs regards complices, leur concentration, leurs sentiments, leur emportement parfois si fou, leurs respirations, leurs essoufflements, leur abandon.

Sinon c’est écouter les interprétations exceptionnelles. Celles livrées par des musiciens créateurs qui s’approprient les phrases des autres, investissent des pans d’histoire géniale, les revisitent, les réinventent, et nous les offrent dans leur propre langage, celui de l’art, celui de l’âme.

swinging-clarinetsJ’ai retrouvé la vieille cassette audio, enregistrée jadis d’un encore plus ancien mais authentique vinyle. Une rareté : Barney Bigard et Claude Luter, clarinettistes de jazz, sur Swinging Clarinets (Vogue 767, épuisé). Tout ce son, toujours imprimé, miraculeusement intact et profond, sur un si mince et si fragile ruban…

De Struttin’ With Some Barbecue à Mood Indigo, entre le joyeux rag et le blues somptueux, les «deux faces» nous enfilent sans rémission duos et duels de clarinettes brillantes, tout aussi puissantes dans leurs énergies, que voluptueuses dans leurs langueurs. À côté de la basse, sage et ferme, de la caisse claire pétillante, du piano léger, audacieux, fougueux… les clarinettes nous hypnotisent de leurs rimes agilement chuchotées. On entend la brise, le vent, la tempête, se faufiler puis se ruer dans l’instrument de bois, on entend frémir les anches sur les lèvres expertes. Puis les clarinettes explosent, rayonnantes, du haut de leurs voix limpides et claironnantes. Voilà le sens du mot «jouer».

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Printemps Beethoven

À la Chapelle historique Bon Pasteur, en huit concerts abordables, Christian Liotta joue par coeur l’intégrale des 32 sonates pour piano de Beethoven.

Sans ostentation ni mièvrerie, incontestable et assuré, le pianiste sobre et poli s’efface pour qu’elle prenne toute la place. Elle se déploie et existe, là, comme allant de soi. Limpidité dans la gravité, énergie dans les élans, rigueur dans la légèreté. Phrase claire, ton net, mot juste. Musique franche.

En particulier la marche funèbre, agréablement pleine de lumière, puis la finale, envolée, sur le dernier mouvement de la Sonate nº18 en mi bémol majeur.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Mozart étudiant

Petit concert Mozart sympa des étudiants du conservatoire, à la non moins sympathique chapelle historique du Bon-Pasteur.

L’archet triste se traînait sur deux cordes, comme à genoux. Le petit violon défaillait sur le largo de la Sonate en si bémol majeur K. 454 (fort jolie). On a ensuite réuni mes trois instruments chouchou pour l’aimable trio Kegelstatt. Youpi!

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone