Le bandoneon et la tanguera

Bandoneon-1

Bandoneon-2

Bandoneon-3

Le bandoneon de Denis Plante, bandonéoniste, et Nancy Lavoie, tanguera.
Clichés tirés de la prise de vue pour l’affiche de ULTIMO, spectacle de la troupe Tango Vintage

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Le bandoneon

Bandoneon-6
Bandoneon-5llllllllBandoneon-4

Le bandoneon Alfred Arnold de Denis Plante.
Clichés tirés de la prise de vue pour l’affiche de ULTIMO, spectacle de la troupe Tango Vintage

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Concert du dimanche après-midi

Belle idée de fusionner un musicien fou et un instrument démentiel!
En ce dimanche après-midi pluvieux, Willem Tanke et le grand Casavant des Saints-Martyrs-Canadiens nous ont servi une belle joute (sur les oeuvres de Tanke lui-même, de Messiaen et de Bach).

Le grand orgue est une boîte remplie de paysages bucoliques, de clochettes, d’oiseaux, de petits anges et de Saint-Esprit. Il fait semblant d’être inspiré par Dieu mais je suspecte le diable d’habiter ses flûtes.
Aujourd’hui, pourtant, enveloppés d’une musique minimale, mélodieuse, méditative à souhait, on pensait bien s’en être tirés, mais… iiiiiiii, juste avant la pause, un motif «archaïque», grave, cyclique, d’abord discret, puis entêtant, s’est installé… Et puis voilà, en deuxième partie, il est trop tard. D’un pas sombre, le malin s’est rapproché. Il s’abat sur nous dans «une tonalité élargie de la fa dièse majeur», en fortissimo massif! La pièce terminale nous achèvera ensuite dans une dramatique apothéose digne du Big Bang («spectaculaire mais ne respectant pas nécessairement les limites du bon goût», comme le veut une tradition répandue chez les organistes)…
Oui, c’est encore le diable qui a gagné. Une chance, il n’y avait pas d’enfants dans le temple!

                          L’orgue Casavant résidant en l’église des Saints-Martyrs-Canadiens, photographie tirée du projet Art sacré, actes créateurs

Orgue

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Spectacle ULTIMO, Tango Vintage en coulisses

Ultimo-12

Ultimo-11

Ultimo-13

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Spectacle ULTIMO, Tango Vintage en coulisses

La troupe se prépare pour le spectacle ULTIMO, dans les coulisses du Palais Montcalm, le 30 avril 2016

Ultimo-01

Ultimo-02

Ultimo-03

Ultimo-04

Ultimo-05

Ultimo-06

Ultimo-07

Ultimo-08

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Spectacle ULTIMO : mission accomplie!

Voici les derniers membres de la troupe TANGO VINTAGE à quitter le Palais Montcalm avec turbulence à une heure du matin: Jean-Philippe, Élie, Yannick, Renou, Francis, Lucie, les Catherine et moi-même (j’étais derrière l’appareil photo). Il y manque : Nancy, Édith, Micheline, Grégory, Sylvia et Omid.

Pour la poésie et pour la magie : un chaleureux merci à nos «dictateurs» artistiques, Nancy et Yannick, à Denis Plante et son ensemble Tango Boréal, à notre public abondant et enthousiaste. Merci à ceux qui nous ont prêté de baroques éléments de costumes et de décor. Merci à tous ceux qui y ont cru, qui nous ont encouragés, subventionnés, endurés, suivis, encensés… Et mon merci personnel à toute la bande de joyeux drilles, c’était chouette!

Ultimo-fin

Ça, c’est moi, photographie prise à la volée par Francis:

Ultimo-10

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Affiche du spectacle ULTIMO

ULTIMO, le spectacle de l’ultime troupe de la directrice Nancy Lavoie, avait lieu le 30 avril dernier au Palais Montcalm de Québec.
La troupe TANGO VINTAGE était accompagnée sur la piste par le bandonéoniste Denis Plante et la formation Tango Boréal.

En vedette sur ce cliché, la directrice de la troupe, Nancy Lavoie et le vénérable bandonéon de Denis Plante.

Affiche ULTIMO

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

ROSE CHAIR, événement tango – 4

Rose chair-38

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

ROSE CHAIR, événement tango – 3

Rose chair-29

Rose chair-29

Rose chair-32

Rose chair-33

Rose chair-37

Rose chair-34

Rose chair-35

Rose chair-43

Rose chair-39

Rose chair-40

Rose chair-41

Rose chair-42

Rose chair-44

Rose chair-45

Rose chair-38

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

ROSE CHAIR, événement tango – 2

Rose chair-19          Rose chair-25

Rose chair-23          Rose chair-24

Rose chair-20          Rose chair-21

Rose chair-22          Rose chair-26

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

ROSE CHAIR, événement tango

Le 13 février dernier avait lieu, dans l’intime salle D’Youville du Palais Montcalm, l’événement tango Rose Chair.
Y étaient en vedette Paule-Andrée Cassidy, accompagnée de son pianiste Vincent Gagnon, les danseurs Nancy Lavoie et Yannick Allen-Vuillet, et ceux de la troupe Tango Vintage.

Rose chair-01

  • Rose chair-02
  • Rose chair-03
  • Rose chair-04

Rose chair-05

Rose chair-06

  • Rose chair-07
  • Rose chair-08
  • Rose chair-09
  • Rose chair-10
  • Rose chair-11
  • Rose chair-12
  • Rose chair-13

Rose chair-14

Rose chair-15

Rose chair-16

Rose chair-36

Rose chair-17

Rose chair-18

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Le piano en question

Hauteur: 51 pouces. Longueur: 62 pouces. Largeur (au niveau du clavier) : 26 pouces. Mécanique excellente. Son agréable. Âme garantie.

C’est un imposant Mason & Risch qui n’a qu’une cinquantaine d’années environ, mais qui fait plus vieux que son âge. Sa tumultueuse histoire personnelle l’a écorché, barbouillé, décapé, a ébréché son sourire d’ivoire et d’ébène.

Je retrace son parcours depuis 1978. Il est alors la propriété d’Alcide Painchaud, fondateur du groupe multi instrumentiste madelinot Suroît et père de Jonathan et Éloi. L’instrument fait la tournée, voyage de ville en ville, de bar en bar. Il a aussi été le piano de la salle de spectacle du Vieux Treuil de Havre-Aubert, de 1984 à 1987. Il a goûté la bière et le vin, il a fait rire, chanter et danser, pleurer, sûrement, et servi de poteau à de nombreux lurons avinés. En 1989, à cause d’un restaurant, Alcide a dû s’en départir et l’a vendu à mon ami Jean, écrivain pratiquant la médecine, dont l’aînée, Catherine, a tracé à cinq ans ses initiales dans le bois fatigué de l’instrument. «C.T.». C’est SON piano!… pour quand elle accostera quelque part.

Il a quitté les îles en bateau et s’en est venu à Québec quand Jean est rentré chez lui. Il a par la suite souvent distrait le docteur sérieux et parfois inspiré l’écrivain lunatique. Il a participé aux petits bonheurs et aux communs malheurs familiaux, a bercé puis vu grandir un trio de mômes vigoureux jusqu’à leur départ de la maison. Il a connu des chiens et des chats, des guitares, une contrebasse, et une multitude de petits et grands doigts, quelques belles voix. Il a bien sûr fait la joie des soirées entre amis. Puis, un jour, à cause d’un joyeux coup de foudre et d’un embouteillage de pianos, il a laissé sa place à un autre, plus jeune, plus grand, plus beau.

Je l’ai accueilli chez moi. Il s’est inséré pile-poil entre le foyer et la bibliothèque, comme si la place l’attendait depuis toujours. Depuis cinq ans, il vit ici sa vie d’artiste bourlingueur retraité.

Son agréable, âme garantie, affable compagnie.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Petits moments privilégiés

Fils 1 et fils 2 à souper hier soir

Au cœur de l’automne, novembre a refroidi d’un coup.

Pendant que la paella répand ses arômes latins dans toute la maison, les notes du petit menuet de Bach tentent maladroitement de se conjuguer. Sous la clarté dorée de la lampe, deux hommes sont penchés sur la partition. J’entends leurs belles voix de baryton discuter dans la langue de la musique. On parle d’accords, de mesures, de tonalité, de sol et de ré. Deux belles têtes, quatre mains habiles, redonnent vie au vénérable instrument.

Mes deux grands ingénieurs ont gardé le goût de la musique.
Je m’en réjouis.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Quatre voix d’hommes

The Hilliard Ensemble livre a capella des chants traditionnels arméniens.

Les voix, comme l’orgue, soufflent comme le vent et sonnent comme les cloches.

Contre-ténor, voix d’altitude, voix de l’esprit, effleure le sommet du crâne, la racine des cheveux.
Ténor, voix de tête, voix d’intelligence, résonne aux tempes.
Baryton, voix du sentiment, voix des élans, des tourments, touche l’atlas, caresse la nuque.
Il ne manquait que l’envoûtante basse, voix de chair et de terre, celle qui ébranle les barreaux de la cage.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Wild Is The Wind

Nina Simone chante Wild Is the Wind

Une voix d’archet sur violoncelle,
Une voix d’anche,
Une voix de fût de chêne…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Tu parles d’un jeu!

Le concours d’orgue de Québec

Ah les amis… nul ne fut tenté par le rendez-vous, sots que vous êtes. Je finirai bien par en convertir quelques-uns, je vous le jure.

Ce n’est pourtant pas juste du vent dans des tuyaux. Ce n’est pourtant pas le petit clavier de mononcle Jean-Paul, ni le petit orgue de la salle paroissiale. C’est un grand Casavant, un beau néo-baroque de 35 tonnes, 69 jeux multipliés par quatre claviers manuels et un de pédalier, quelque 5000 tuyaux. Et des jolis petits noms évocateurs tels que: montre, bourdon, flûte à cheminée, doublette, voix céleste, plein jeu, voix humaine, quintaton, flûte bouchée, prestant, flûte à fuseau, nazard, principal italien, tierce, larigot, sifflet, cor de nuit, soubasse, bombardon…  le tremblant, le muet, le vent, le grand jeu, le tutti!…

C’est une case à vent, une vertigineuse cage à flûtes taillée sur mesure pour le diable lui-même. Aux commandes infernales, trois petits bouts d’hommes et de femmes jouent dangereusement à dieu pendant quatre heures. Voilà qu’on emberlificote le vilain, que l’on chatouille le monstre, qu’on le met parfaitement en colère, dans une rage du maudit, dévastatrice, qui donne la chair de poule, fait claquer les dents et terrorise les enfants. On craint qu’il ne s’évade, qu’il ne s’échappe sous pression en petits bouts de vent propulsés dans des milliers de soufflets, de tuyaux, de soupapes, de jalousies. C’est à ce moment que brusquement il nous absorbe, nous envahit, prend le contrôle de notre pouls, de notre respiration, du flux de notre sang, des synapses de nos neurones : qu’il nous possède!…

Juste un peu… puisque voilà que de là-haut on le charme, l’hypnotise, l’embrouille, qu’on te le berce un peu, frisant le rendormir. Puis qu’on se paie sa tête, qu’on le gifle, le pique, le pioche, qu’on tente de le convertir en l’aspergeant d’eau bénite, qu’on le torture, pour l’achever finalement dans les «Alléluias sereins d’une âme qui désire le ciel». Il hoquette violemment en spasmes gigantesques, tremble de tous nos os, de toutes les colonnes du temple et, hystérique, le monstre abdique et replonge au fond des ténèbres, au cœur des méandres de l’épouvantable et immortel monument. Encore une fois la bête est mâtée, contenue.

On ouvre les yeux.
Il fait un peu plus chaud, un peu plus noir.
Les vitraux ont tenu. Les centaines d’âmes également, semble-t-il. Ne demeure que le léger frisson d’effroi des chandelles votives dans leurs ampoules bleues.

On l’a échappé belle!
Tu parles d’un jeu…

  • St-Roch-1
  • St-Roch-2
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Le retour des oies

Poésie sonore
Chorale animale
Cacophonie symphonique
Rhapsodie faunique
Petite musique de nuit

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Petite musique ventée

c h h h h h h h h h h h…

f f f f f f f f f f f f f f f f f f…

v v v v v v v v v v v v v v v…

m m m m m m m m m…

s s s s s s s s s s s s…

j j j j j j j j j j j j j j j j j j j …

les notes du vent

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Tango aux Salons d’Edgar

Tangos improvisés de Lise Nadeau et Denis Fulham, professeurs de l’École plaisir Tango

  • TangoLiseDenis-7
  • TangoLiseDenis-8
  • TangoLiseDenis-9
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Tango aux Salons d’Edgar

Tangos improvisés de Lise Nadeau et Denis Fulham, professeurs de l’École plaisir Tango

TangoLiseDenis-6       TangoLiseDenis-1

TangoLiseDenis-5       TangoLiseDenis-3

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone