Articles étiquetés: hiver

Minute nostalgie

Cette folle météo des derniers jours me rappelle une folle semblable, quelque part à la fin des années 70. C’était l’époque des fleurs, du pot léger et du pays rêvé. C’était aussi l’époque sans ordinateur, sans téléphone «intelligent» et sans la météo en ligne.

Tout au bout de la route, le CEGEP avait été surpris par la tempête de neige en fin d’avant-midi, en plein cours de Philosophie de l’art de M. Hébert qu’il n’était pas question de quitter. Panne d’électricité majeure, routes fermées, la ruée vers les derniers autobus avait laissé quelques dizaines d’étudiants derrière, allions-nous devoir passer la nuit à l’école?!

Étranges heures à flâner dans les corridors du collège engourdi sous un blizzard violent, à se fabriquer en rigolant un jeu de carte maison avant la noirceur. Dehors, la tempête ne dérageait pas. Il fallut ce qu’il fallut. En caravanes aveugles à travers la bourrasque, les gars ont été dirigés vers la résidence des gars, les filles vers celle des religieux dans le pavillon voisin. Comme en monastère, y régnaient un silence méditatif et quelques murmures de prières venant d’on se savait où. On a bien dû être nourris mais ma mémoire n’en a rien retenu. En catimini, en soirée, bien bougrinées, on est allées sans se perdre rejoindre les gars pour un poker à la chandelle. Personne ne s’est enrichi, personne ne s’est appauvri, mais ce qu’on a pu rire!

Le lendemain, au réveil, le campus n’était plus qu’un lisse désert arctique aveuglant, à perte de vue sous un ciel immaculé. Comme aujourd’hui. Au chaud dans le petit salon austère avec mon amie Dominique, on a refait le monde tout l’après-midi en écoutant la Récolte de rêves des Seguin…
«Le long d’un grand pays de neige, les arbres se sont endormis et c’est l’hiver…»

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Bonne année!

Comme de coutume, nous achevons l’année chez Paul, à deux pas du château Frontenac. On se réserve un bon 20 minutes pour se bougriner comme des ours, puis on grimpe sur le toit.

Au-delà du château, avec ses toits de cuivre, ses poivrières et ses lumières de Noël de mauvais goût, la vue embrasse large : l’île d’Orléans, le fleuve, le port, les montagnes et tous les toits et les clochers de la vieille ville. On reçoit les boum boum de la fête en contrebas, on aura tantôt en pleine face les feux d’artifices. Jadis, avant l’invention de ce party disneylandien, on avait droit à une poésie plus pittoresque. À minuit, les clochers entonnaient un joyeux carillon de vraies cloches auquel faisait écho un chœur de basses profondes, les cornes de brume des bateaux amarrés au port.

De mémoire c’est notre plus froide veillée du Jour de l’An. Pas de photos, les appareils sont gelés, on croque le champagne en granité à – 27 degrés C (-40 tout bien compté).

Bonne année tout le monde, je souhaite à chacun une joie quotidienne!

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Janvier 16h30

En face de moi, à l’ouest, le soleil se couche, orange brûlée.

Derrière moi, à l’est, la pleine lune se lève, crème brûlée.

Coulant silencieusement de l’une à l’autre, le fleuve.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La première neige au marais

Marais gelé-1 lll    Marais gelé-2
Marais gelé-3    l  Marais gelé-4    l  Marais gelé-5
Marais gelé-6
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La première neige au bois

Marais gelé-8      Marais gelé-9
Marais gelé-10       Marais gelé-11
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La première neige au bois

Marais gelé-7

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-31

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-23       Glace-21       Glace-22

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-25       Glace-26       Glace-27

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-20       Glace-17        Glace-18
Glace-30       Glace-19        Glace-16
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-24       Glace-29       Glace-28

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-11       Glace-15       Glace-12
Glace-07       Glace-08       Glace-09
Glace-13       Glace-10       Glace-14

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-03        Glace-02        Glace-04
Glace-05        Glace-01        Glace-06

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Reine-Mère se meurt

Attention, voisins d’arbres à petits fruits, soyez aux aguets : les jaseurs boréaux sont en ville! En gangs bruyantes, ces punks ailés de passage, la huppe dressée et les yeux bandés, videront vos arbres en quelques minutes dans un désordre total et fileront tout avinés…

Reine-Mère, la battante, se meurt. Petite pneumonie du Jour de l’An, deuxième épisode. Ceux qui la connaissent s’étonneront : «Encore?», me direz-vous? Eh oui, elle fait toujours les choses avec originalité, si on la pleure, elle ressuscite. C’est sa quatrième vie qui s’éteint, je crois, elle tient probablement du chat. On verra demain…

Magnifique journée de janvier. J’ai marché lentement jusqu’au bout de la plage. Juchée entre ciel et mer sur le promontoire, j’ai contemplé en propriétaire le grand désert de glace concassée, aveuglant de soleil, qui s’étend jusqu’au chenal de mon grand fleuve dans un fracas de vitres cassées. Puis je me suis endormie sur le banc du parc.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Aujourd’hui au fleuve

Cet après-midi sous la bourrasque de janvier, le fleuve à marée haute était vert… gris-vert.

Le long de ses rives, le clapotis brassait des grandes talles de nénuphars sucre-en-poudre qui finissaient de se dissoudre dans une bonne épaisseur de pouding à la vanille.
J’y ai croisé un nuage de pigeons vrillant autour du petit pont…
Un rare canard d’hiver format compact (le bec-scie couronné, je crois), zigzaguant nerveusement sur l’onde, la huppe aux quatre vents…
Une trentaine de bernaches dodues et trompettantes faisant la pause-cacardage avant la grande portion du voyage.

Et les traces de raquettes de Monsieur Drolet.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La glace à la plage

En ces temps de fonte des glaces sur le fleuve, il n’y a pas assez de mots pour décrire la couleur et la matière.

Les bleus acier, aigue-marine, ardoise, azur, cobalt, cyan, lapis-lazuli, lilas, lune, nuit, outremer, paon, pers, pétrole, Prusse, roi, sarcelle, turquin, turquoise… Miroir, ivoire, verre, ardoise, néon, placoplâtre, feutre, ouate, dentelle, meringue, biscuit, sucre d’orge, sucre en poudre, crème fouettée, barbe-à-papa…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Petites scènes de chasse

Il fait froid, mais il fait beau.

Le soleil commence à réveiller les chaumières, les tanières et les ventres creux.
La ribambelle des trotte-menu, petit fretin, est en balade.
Elle sautille, gambade, explore, joue et… cherche quelque chose à se mettre sous la dent…

La souris se promène…

Petite chasse-1

Elle danse, même!

Petite chasse-2

L’écureuil cueille les cocottes

Petite chasse-3

Les cocottes

Petite chasse-4

Hop, le lapin!

Petite chasse-5

Oups… un renard!

Petite chasse-6

Hélas, la souris a croisé le renard…

Petite chasse-7

Le harfang aurait-il croqué le renard?

Petite chasse-8

Allons-nous-en d’ici!

Petite chasse-9

FIN

Petite chasse-10

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Chien de jardin, chien de Noël

Éberluée!… est Mali, assise au milieu du jardin à regarder la première neige tomber, l’air de se demander «Mais qu’est-ce que c’est que ça?!».
Chien de Noël!

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Où sont passées les oies?

Les oies, bernaches et autres grands palmipèdes voyageurs sont en retard?
Nous avons élucidé le mystère cet après-midi.

Est-ce par fatigue, paresse ou lassitude? je ne sais trop… on en a vu passer une petite bande installées peinardes sur une banquise, descendant le fleuve au gré du courant. À une vitesse de trois nœuds, c’est pas vite vite, la petite équipée devrait arriver à Cap-Tourmente d’ici une couple de jours, ne vous inquiétez plus.

D’autre part, maître Ookpik, le grand harfang domicilié dans notre champ préféré, a déserté son aire. Sur la neige aveuglante de soleil on a vu, au bout d’une piste trotte-menu en pointillé, les preuves d’une féroce attaque venue du ciel : empreintes en éventail des rémiges ayant fouetté la neige, deux ou trois plumes blanches, deux ou trois gouttes de sang. Il a mangé la dernière souris et puis il est parti…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Ménage de Noël

J’arrive de prendre l’air. Prendre l’eau serait plus juste.

À entendre ce qui tombe, on dirait que les anges ont fini leur ménage de Noël. La grande vidange des seaux.
On reçoit toute l’eau et toutes les guenilles détrempées: splotche-splotche!…

À voir ce qui tombe… ce n’était pas bien sale.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone