Articles étiquetés: gens

Portrait

Portrait-6

 

Portrait

Portrait-4

 

Portrait

Portrait-3

 

NO MAN’S LAND…

L’ÉMIGRANT est celui qui quitte son pays.
L’IMMIGRANT est celui qui trouve sa place dans un autre.
Le MIGRANT est celui qui reste pris entre les deux.

 

Attentat terroriste au Bataclan, Paris

Je pense à ces jeunes, de l’âge de mes fils, qui ont massacré des jeunes, de l’âge de mes fils. Je suis profondément troublée de m’imaginer être la mère des uns, ou des autres… Cela ne m’inspire pas le cynisme, plutôt le nihilisme dans le sens nietzschéen du terme.
« L’homme est-il une erreur de Dieu, ou Dieu une erreur de l’homme ? » (Friedrich Nietzsche)

 

Monsieur…

Monsieur à l’entrée est-ce vous

qui distribuez les bisous?

S’il vous plaît deux sur chaque joue

Certes ma mie mais je m’en vais

tout doux

en voler un dans votre cou

 

Portrait

Portrait-2

 

Portrait

Souper amis-4       Souper amis-3       Souper amis-2

Portrait

Portrait

 

Portrait

Portrait-5

 

Événement La Republica tanguera-1

Le faubourg Saint-Jean-Baptiste se tient juste à la porte du Vieux-Québec. À l’extérieur des fortifications et de l’ambiance touristique, au cœur de la grouillante vie citadine, on y réside en famille, entre amis, entre colocs… on va voir les copains, bouquiner, prendre un café, une bière, ou casser la croûte au coin de la rue… ou alors on y passe comme on passe saluer la parenté.

Le samedi 30 mai dernier, dans une canicule avant l’heure, le quartier était arrosé en alternance par les lourdes averses et le soleil, éblouissant sur la chaussée mouillée. Température-chef-d’orchestre idéale, luminothérapie / course aux abris, pour suivre les danseurs de tango qui, en troupes, en duos, ou en quatuors, ont investi ce jour-là les boutiques de la rue Saint-Jean, café, bistro, galerie d’art, bibliothèque…

C’était le festif danser-dans-la-rue de la Republica tanguera, une initiative de l’Avenue Tango.

 

Milonga sur le parvis de l’église de Saint-Jean-Baptiste:

Republica tanguera-0

Prestation de Renou Benteau et Christine Simard chez Off, galerie d’art contemporain:

Republica tanguera-1

Voir d’autres photos de La Republica tanguera

 

Décès de Roger

Patriarche aimant, époux enveloppant, beau-papa, papa d’amour et grand-papa-gâteau, Roger est décédé le 24 novembre à l’âge vénérable de 94 ans.

Après l’avoir déjouée plus souvent qu’à son tour, il a été rattrapé dans ses derniers retranchements par la grande faucheuse.
Le colosse, le pionnier, le vétéran est tombé. C’était son heure. Il s’en va rejoindre son bataillon.
Il était croyant alors: Dieu ait son âme!

 

Le tango l’automne

Tango-1

Tango-2

Tango-3

Tango-4

 

Retour d’Italie

Revenir de chez ma folle amie, c’est comme revenir d’un chez-soi-en-Italie!

Hélène n’a pas son pareil pour illuminer son petit logement loué à pépé Paolo. Pour colorier sa cuisine, sa cour, son amitié. Elle n’a pas son pareil pour venir à notre rencontre en courant, le sourire géant, nous ramasser à bras le corps comme une vraie mamma, et sur-le-champ nous faire visiter son jardin.
Elle n’a pas son pareil pour faire d’une minuscule cour métropolitaine un potager méditerranéen, généreux et luxuriant jusqu’en octobre, qu’elle transporte amoureusement jusqu’à sa table. À côté du pommier, des pruniers et des lilas au repos qui ont livré leurs parfums, leurs fruits ou de joyeuses confitures, des brassées de légumes foisonnent encore dans une indiscipline toute latine. Tomates et aubergines, bien mûres, pendent à leurs plants, melons et courges de toutes les couleurs rampent paresseusement autour d’autres végétaux rendus. Une jeune vigne commence à se délurer dans les treillis. Terrasse digne d’une cour romaine avec sa main courante de marbre, sa balustrade de briques ajourées, son fer forgé. Partout des fleurs impossibles, et les grandes trompettes bleu ciel des volubilis qui enlacent la clôture, l’escalier, les murets, bordent la galerie et débordent du patio dans un fouillis extraordinaire.
On ne se fait pas prier, ensuite, pour s’asseoir à la table de sa minuscule cuisine ensoleillée sans autre intention que de se vautrer dans une paella gargantuesque et dans l’amitié, à boire du bon rouge, à refaire le monde une centième fois et à rire de nos vies depuis le printemps, sans démordre, sans pâlir, jusqu’au petit matin.

Décalage à prévoir au retour.

 

Mon marché préféré

Vive le petit et sympa et tout fleuri marché de quartier de Monsieur Côté… qui te fait venir tes petites tomates séchées préférées juste pour toi… qui vend les fraises de l’île et le maïs de Portneuf… Là où c’est Madame Côté qui place joliment les montagnes de fruits frais sous l’auvent de la devanture… Puis que leur fille est rendue en Gaspésie, qu’elle attend un bébé et que son chum c’t’un bon gars… Là où l’ado d’à-côté, juste parce qu’il pleut, t’apporte ton cabas débordant jusqu’à ton auto avec le sourire, puis que ça te fait plaisir de lui donner quelques sous en échange…

En as-tu, un marché comme ça, près de chez toi? Moi non plus.

 

L’ami

Fol ami amoureux fou

Fou braque, furieux, fiévreux

Vrille et vole, frivole voleur

Va et revient

Vire le vent, vole au vent

Fantôme fantoche

Faux-semblant

Faux-fuyant

Fin finaud

Verbeux viveur

Fioriture, foutaise, fléau

Va-t-en-guerre, vil faux frère