Articles étiquetés: eau

Glace à la plage

Glace-24       Glace-29       Glace-28

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-11       Glace-15       Glace-12
Glace-07       Glace-08       Glace-09
Glace-13       Glace-10       Glace-14

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Glace à la plage

Glace-03        Glace-02        Glace-04
Glace-05        Glace-01        Glace-06

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Le nageur

Cargo, navire, puissante machine, le nageur glisse souplement sur l’onde turquoise. Sculpture pâle et lisse, corps luisant comme patine de marbre fin.

Sans éclaboussures, les paumes étanches et larges au bout des bras immenses fendent en alternance le miroir de l’eau. L’imperturbable et vaste mouvement cyclique, qui balance et qui berce, bat la mesure au rythme calme et régulier du cœur qui bat. Avec le bruit de l’eau, on entend d’ici le souffle profond et entier d’où, à travers l’ensemble finement orchestré de pompes, de leviers et de pistons, la vie se renouvelle à l’infini.

Nageur solitaire en voyage au long cours, parti pour le bout du monde.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La glace à la plage

En ces temps de fonte des glaces sur le fleuve, il n’y a pas assez de mots pour décrire la couleur et la matière.

Les bleus acier, aigue-marine, ardoise, azur, cobalt, cyan, lapis-lazuli, lilas, lune, nuit, outremer, paon, pers, pétrole, Prusse, roi, sarcelle, turquin, turquoise… Miroir, ivoire, verre, ardoise, néon, placoplâtre, feutre, ouate, dentelle, meringue, biscuit, sucre d’orge, sucre en poudre, crème fouettée, barbe-à-papa…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Tempête sur la côte

Une guerre fait rage sur l’autre versant des dunes, l’océan est déchaîné.

De loin en loin, sans relâche, la sirène hurlante d’un vent halluciné.

Les foins giflés, couchés.

On entend, jusque dans la poitrine, le tonnerre des grandes déferlantes battant la côte sur son flanc, roulement de timbales géantes.

Et le râle puissant du ressac aspirant l’âme du continent.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Tribord amures!

Extrait de Deux années sur la gaillard d’avant, de Richard Henry Dana (1840)

« Nous bondîmes dans le gréement et primes un double ris dans les huniers, ferlant les autres voiles en veillant à ce que tout soit bien serré. Mais ceci ne suffit pas encore. Debout à la lame, le brick fatiguait et cognait cependant que la tempête ne faisait qu’empirer. En même temps, un mélange de neige fondante et de grêle nous giflait furieusement de plein fouet. Nous carguâmes et pesâmes à nouveau sur les palanquins de ris ; le petit hunier fut mis au bas ris, on ferla le grand hunier et on mit à la cape tribord amures. C’en était fini de nos beaux rêves ! »

Tribord amures?… bonne idée!
Mais… ça ne passe pas, au nord?

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Le fleuve

Il avait ses grands airs des jours de soleil et de vent

Haut et sonore et brillant

Vif et mouvant

Émouvant

 

J’ai erré sur ses frontières emportée par son chant

Suivi la courbe de son flanc

Y suis restée prisonnière

En passant

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Saint-Benoît-des-Ondes

À gauche, une bourgade. Pas plus grande que ça. La route peinarde longeant la baie gigantesque ne fait qu’y passer en guère plus d’une minute. Le voyageur distrait ne la remarque pas, y transite seulement, entre deux sites de villégiature entendus.

Saint-Benoît-des-Ondes, Bretagne
Un tableau.

À droite, l’océan vidé, sable rose, à perte de vue. En face, même couleur, le Restaurant bar hôtel de la baie, proue du bourg, tous auvents battants comme voilures, tenant tête au vent du nord debout. J’y passerai la nuit. Accoudé au zinc de son bar, pour ainsi dire fermé en cette saison, le patron breton trinque avec les copains de la place. On y devise bien fort de pêche, de légumes à échanger et de la Coupe du monde de foot. On se quittera tout à l’heure, question de préparer le match France/Suisse de ce soir. Pour une poignée d’euros j’aurai la grande chambre du haut, vue sur la mer, bien sûr, avec en prime la clé de l’hôtel qui sera désert cette nuit.

Ouvrir la fenêtre.

J’ai failli m’envoler avec les battants lorsque le vent salin s’est engouffré sans manières dans l’unique pièce de la suite. Allongée dans la lumière blanche et les draps frais, dans les parfums et les caresses tièdes de l’air vierge venu du large, j’ai longuement, avec délices, attendu la marée. À des kilomètres, l’onde s’est imperceptiblement mise en marche, au pas de l’homme tranquille. Elle a tout doucement noyé les pêcheries. Délicatement, comme pour ne rien briser de ces entrailles exposées, elle a ensuite envahi, en glissant, les sinuosités moites de la rivière vide, jusqu’au débordement. Puis, se précipitant gauchement pour le reste, l’eau a couru en écumant de rage pour se heurter au front de mer. Les vagues et le vent en furie ont frappé la grève enrochée toute la nuit.

La plus hypnotique des berceuses.

À l’aube bleutée, la brise rendue, couchée le long de la côte, avait laissé l’immense marée s’en retourner loin à l’horizon, jusqu’où le regard confond les choses, jusqu’où le ciel commence.

Saint-Benoît-des-Ondes

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Août au lac

Au-dessus, en dessous, bleu, parsemé de pompons blancs. Tout le tour, ruban vert, deux tons : je suis dans un paquet cadeau.

Je suis  assise au bout du quai. Qu’y faire, sinon rien.

Clapotis.

Gazouillis chuchoté des parulines et des mésanges. Sifflet perçant du bruant qui cherche toujours son Frédéric. Au loin, dans l’écho, la phrase mélancolique du huard.

Rien d’autre.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Ouragan

J’ai mis mon habit de plongée et suis allée à la plage.

J’arrive de me faire brasser. Fleuve en furie, pluie à vous noyer à gué.

Comment va Irene?

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Princesse au bout du quai

Assise au bout du quai, le regard au loin, je reçus la visite du dodu ouaouaron. Il s’est assis à mes côtés dans la pose de Bouddha, a regardé dans la même direction que moi, l’air de se demander ce qu’il y avait à voir là.
Je l’ai dévisagé. Beau spécimen bien luisant en habit de camouflage, longs doigts de caoutchouc, belle cuisse. Regard doré exorbité, sourire béat irisé de vert lime, gorge blanche palpitante.
Après un quart d’heure d’immobilité sans coasser, l’air grenouille, le bredouille a replongé.
J’avais oublié de l’embrasser!

Puis le barboteur est arrivé. Bec et habit noirs, très sérieux, miroir bleu dans les rémiges, palmes rouges. Il est passé deux fois en parade sur le quai avant de s’y installer avec prudence. Séance de contorsions pour le grand ménage du costume à plumeaux.
Il s’est immobilisé deux ou trois fois, l’air hautain, me toisant de côté, l’œil en coin…
Quoi, on embrasse aussi les canards?

Lac Montauban

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Ventée

J’arrive du fleuve.

Onde jade sur fond de ciel noir, je croyais qu’un vent rude allait me recevoir.

Il a été beaucoup plus doux, il m’a murmuré vooous

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Gris vs bleu sur la rive

Ce duel m’apaise, je suis restée jusqu’à la fin.

De l’est éblouissant, le soleil levant séchait ma joue. De l’ouest opaque, le vent mouillé léchait mon cou. Il y eut des pauses et des revirements, bouffées de chaleur, étal et chair de poule, des longueurs, des largeurs et même un peu d’éternité.

Spectatrices discrètes, une femme et son chien ont fait la statue sur une roche boueuse. Les faune et flore lilliputiennes ont grouillé au creux des flaques visqueuses. Du large un cargo a lancé des vagues, deux poissons ont sauté, deux arbres sont passés. Le héron nous a saluées. La brume s’est finalement couchée sur la marée baissante qui l’a toute emportée. De toute évidence, le bleu a gagné.

Je ramène dans mes cheveux les odeurs vivantes de boue, d’algues, de moules. Et, tiens, cette autre, restée d’un baiser sur ma main au petit matin.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

L’onde ou la marmite

l’onde ou la marmite… j’avais le choix
j’ai fait mon baptême du spa

mais voilà
son eau désinfecte et cuit
celle du fleuve me rafraîchit

plutôt sentir la moule que la lessive
je serai sur la rive la prochaine fois

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Je pars…

J’y serai le temps d’un coup de soleil, en pleine lumière, sans chaussures, sans lunettes et sans fard. Si je ne suis pas au large des premières maisons de la plage, c’est que je suis partie sur la marée montante.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Petit matin au lac Montagnais

  • Montagnais-1
  • Montagnais-2
  • Montagnais-3
  • Montagnais-4
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Les soeurs Lali à la mer

De retour chez moi après un autre épisode de Les sœurs Lali à la mer

L’Atlantique…
Nous sommes tombées dedans quand nous étions petites. Profonde accoutumance.

Seules au coeur de la nuit, au coeur de janvier, au coeur d’une station balnéaire désertée… au coeur de la pluie et des vagues battantes, deux folles rient. Closed for the season, Closed for the season, Closed for the season… enfin à nous seules les kilomètres de sable blond, les magistrales marées, gonflées par la pleine lune, les déferlantes vert-bleu qui s’abattent lourdement sur la côte rocheuse, le ciel cristallin d’hiver, les embruns salés et le vent glacé – bitter, dit-on, amer, mordant, cinglant – de l’Atlantique nord. Dormir, même en hiver, avec, pour berceuse, à pleine fenêtre, la respiration ample et rythmée de l’océan.

J’allais vous écrire la mer, mais un type l’a fait parfaitement: «La mer a le charme des choses qui ne se taisent pas la nuit, qui sont pour notre vie inquiète une permission de dormir»:

« (…)
Celui qui est las des chemins de la terre ou qui devine, avant de les avoir tentés, combien ils sont âpres et vulgaires, sera séduit par les pâles routes de la mer, plus dangereuses et plus douces, incertaines et désertes. Tout y est plus mystérieux, jusqu’à ces grandes ombres qui flottent parfois paisiblement sur les champs nus de la mer, sans maisons et sans ombrages, et qu’y étendent les nuages, ces hameaux célestes, ces vagues ramures. La mer a le charme des choses qui ne se taisent pas la nuit, qui sont pour notre vie inquiète une permission de dormir, une promesse que tout ne va pas s’anéantir, comme la veilleuse des petits enfants qui se sentent moins seuls quand elle brille. Elle n’est pas séparée du ciel comme la terre, est toujours en harmonie avec ses couleurs, s’émeut de ses nuances les plus délicates. Elle rayonne sous le soleil et chaque soir semble mourir avec lui. Et quand il a disparu, elle continue à le regretter, à conserver un peu de son lumineux souvenir, en face de la terre uniformément sombre. C’est le moment de ses reflets mélancoliques et si doux qu’on sent son coeur se fondre en les regardant. Quand la nuit est presque venue et que le ciel est sombre sur la terre noircie, elle luit encore faiblement, on ne sait par quel mystère, par quelle brillante relique du jour enfouie sous les flots. Elle rafraîchit notre imagination parce qu’elle ne fait pas penser à la vie des hommes, mais elle réjouit notre âme, parce qu’elle est, comme elle, aspiration infinie et impuissante, élan sans cesse brisé de chutes, plainte éternelle et douce. Elle nous enchante ainsi comme la musique, qui ne porte pas comme le langage la trace des choses, qui ne nous dit rien des hommes, mais qui imite les mouvements de notre âme. Notre coeur en s’élançant avec leurs vagues, en retombant avec elles, oublie ainsi ses propres défaillances, et se console dans une harmonie intime entre sa tristesse et celle de la mer, qui confond sa destinée et celle des choses

Proust, Les plaisirs et les jours, septembre 1892

Closed-14

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone