Articles étiquetés: eau

Alzheimer

Petite Mémé, atteinte d’Alzheimer, se berce au soleil, sur la galerie de son «campe», sur le bord du lac perdu dans le bois. Comme le flot inépuisable de la rivière, elle raconte raconte raconte (et elle recommence recommence recommence) les vacances d’été en forêt avec son beau Roger et ses enfants, le défrichage et la construction du chalet avec les moyens du bord, la haie d’épinettes qu’elle y a plantée, la beauté des arbres et du lac, des arbres et du lac, des arbres et du lac…

Puis les bras au ciel elle s’exclame: «Ah, mon Dieu, quelle belle vie!»

À l’abri de la pluie

Rivière-18      Rivière-19

Rivière gonflée

Rivière-01
Rivière-03
  • Rivière-02
  • Rivière-16
  • Rivière-15

L’onde

Rivière-13
  • Rivière-14
  • Rivière-12
  • Rivière-11

En remontant la rivière

  • Rivière-05
  • Rivière-06
  • Rivière-07
  • Rivière-08
  • Rivière-09
  • Rivière-10

Jours de fonte

Fonte-0
Fonte-10
Fonte-12
Fonte-13
Fonte-11

Jours de fonte

  • Fonte-14
  • Fonte-15
  • Fonte-16
  • Fonte-17
  • Fonte-18

Mars précoce

Mon sentier d’hiver a repris ses aises de gros ruisseau. Je l’ai constaté en une fraction de seconde.
J’ai fait spouitche spouitche tout le reste de l’après-midi…
Fonte-01
  • Fonte-03
  • Fonte-06
  • Fonte-04
  • Fonte-02
  • Fonte-07
  • Fonte-05
  • Fonte-08

Le ruisseau sous les aubépines

Ruisseau-12

Ruisseau-13

Ruisseau-14

  • Ruisseau-15
  • Ruisseau-16
  • Ruisseau-17
  • Ruisseau-18
  • Ruisseau-19

La petite tourbière

Tourbière-2    Tourbière-3    Tourbière-1

Kabir Kouba

Kabir Kouba-1
.
Kabir Kouba-3Avec la pluie d’hier soir, la Saint-Charles est très haute et Kabir Kouba est en furie.
.
«Là-bas, sur les hauteurs, au pied des Laurentides,
S’élève, solitaire, un modeste hameau.
La rivière Saint-Charle, avec ses eaux limpides
Que voile, en maint endroit, l’ombre d’un jeune ormeau,
Caresse en murmurant le seuil de ce village;
Et, quand elle le quitte, on dirait que de rage,
Sur son lit de cailloux, elle s’agite et fuit,
Comme un daim effaré qu’une meute poursuit.
Dans un gouffre profond qui tout à coup s’entr’ouvre,
L’onde vertigineuse arrive avec fureur,
Rebondit sur le roc, se déchire, et le couvre
De flots d’écume et de vapeur.»
.
Extrait d’un poème de Pamphile Lemay, 1865
.

..

...
.
.
.
.
.
Kabir Kouba-2

Le ruisseau

En sortant du four mon vrai gâteau italien citron-amandes bien sucré, je me suis subitement demandée si le ruisseau était gelé.
Avec une pensée amicale pour Alice et Tinamer de Portanqueu, j’ai pris le champ, plein de lumière rose et de flocons pelucheux, puis le bois, bleu.
Au bout des pistes du cerf, du renard et du mulot, j’ai retrouvé mon ruisseau. Il était bien gelé, je l’ai traversé, juste pour la joie de traverser un grand ruisseau gelé.

Août au lac

Les intrus à moteur son partis.
Mon beau grand lac a retrouvé la tranquillité d’août. La forêt et sa petite faune sont les premiers à reprendre leurs droits.

Ah, le plaisir de nager seule dans un grand lac à l’onde fraîche. Au-dessus, une buse joue au planeur dans les courants d’air chaud. Dans le royaume à grenouille, N’Héron, le grand bleu, fait la branche sur ses échasses en attendant que son goûter passe par là. Riquiqui, le Martin-pêcheur fou, se garroche à l’eau puis se sauve, menu fretin au bec, dans un joyeux bruit de crécelle. Jo et Josette Huards, au rire dément, émergent ici, puis coulent là, puis ré-émergent… tiens, où donc cette fois?

Avec le «silence» du lac et de la forêt touffue: ténus clapotis, bourdonnements des demoiselles, craquettements des cigales, petites notes sifflées, nasillardes, ou flûtées des volatiles invisibles dans la frondaison, chiffonnements trotte-menu dans le couvre-sol craquant, cris de guerre de l’écureuil roux, au loin la mitraillette du grand pic et le houhou-hou-hou-houhou «disco» de la chouette. Avec le long vent d’ouest qui prend son élan loin au-delà des limites du lac pour venir s’enchevêtrer en murmurant aux sommets des grands pins.

 

Vancouver

Strait of Georgia depuis Grouse Mountain

Vancouver-04

Vancouver-05

Petits périls hivernaux

Un bon pied de folle neige à raquettes: hop dans le bois, hop dans le champ, hop sur le marais pas encore gelé…

Fin de journée au fleuve

Triste histoire de chasse au canard

PAN! le gibier atteint est à l’eau.
Dans l’enthousiasme pour le cueillir, le canot a versé.
Sa veste n’était pas attachée,
le jeune est mort, noyé.

Fin de journée sur la batture

Fin de journée sur la batture

Brume claire