Le Domaine Joly-De Lotbinière en septembre

Par les deux fenêtres de mon atelier du rez-de-chaussée, que du blanc hivernal aveuglant de soleil. Voici du végétal estival.

Domaine Joly-1

Domaine Joly-2
Domaine Joly-4       Domaine Joly-3
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Party de vinyles

Labyrinthes

Quand fils1 était petit, il nous dessinait inlassablement des labyrinthes de tuyaux.

Aujourd’hui, il fait de la recherche là-dedans:
THERMAL DESORPTION SPECTROSCOPY AND HYDROGEN EMBRITTLEMENT TESTING OF CD-PLATED HIGH-STRENGHT, MARTENSITIC STEEL.

Est-ce qu’il tient de sa maman?

Dessin Sim

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Piano recherché

Belle idée folle!

Ma vieille maman, 90 ans bien sonnés, a besoin de faire bouger ses doigts plein d’arthrose, ses poignets qui ont subi de méchantes fractures, et sa mémoire. Elle aimerait renouer avec le piano qu’elle pratiquait dans les années 30-40.

Je vois, dans le salon de son propret bungalow, une belle place entre les meubles d’époque défraîchis et les photos de famille, pour un vieux piano droit qui, comme elle, aurait du cœur et du vécu.

Quelqu’un chercherait-il un foyer adoptif pour son instrument, le temps de (peut-être encore) quelques années?

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

BAM [bouillon d’art multi] au Musée national des beaux-arts du Québec

BAM-28      BAM-29      BAM-30
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

BAM [bouillon d’art multi] au Musée national des beaux-arts du Québec

BAM-31
BAM-32
BAM-33
BAM-34
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

BAM [bouillon d’art multi] au Musée national des beaux-arts du Québec

Le mercredi 8 février dernier avait lieu le Bouillon d’art multi du Musée national des beaux-arts de Québec. Il présentait dans son nouveau pavillon Lassonde les performances de jeunes créateurs: danseurs, musiciens, comédiens, «slammeurs», acrobates… Voici quelques-uns de mes clichés.

Équipe Geneviève Duong – Escalier monumental

BAM-19
BAM-20
BAM-21      BAM-22      BAM-23
BAM-24      BAM-25      BAM-26
BAM-27
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

BAM [bouillon d’art multi] au Musée national des beaux-arts du Québec

Catherine Baril et Julia-Maude Cloutier – Grand Hall

BAM-35
BAM-37      BAM-36
BAM-39      BAM-38
BAM-40      BAM-41
BAM-42      BAM-43
BAM-44      BAM-45
BAM-46
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

BAM [bouillon d’art multi] au Musée national des beaux-arts du Québec

Thomas Langlois – Grand Hall

BAM-14      BAM-15
BAM-16
BAM-17       BAM-18
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

BAM [bouillon d’art multi] au Musée national des beaux-arts du Québec

Angélique Amyot et Martin Dubé – Grand Hall

BAM-09
BAM-10
BAM-11
BAM-13      BAM-12
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

BAM [bouillon d’art multi] au Musée national des beaux-arts du Québec

Équipe Alan Lake – Salle d’art contemporain

BAM-06
BAM-07       BAM-08
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

BAM [bouillon d’art multi] au Musée national des beaux-arts du Québec

Équipe Martien Bélanger – Passage Riopelle

BAM-01
BAM-02
BAM-03
BAM-04
BAM-05
Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Mon chien est mort

Au début on pensait que c’était l’âge…

Au bout d’une semaine d’horreur à regarder notre grand chien dépérir en attendant les résultats du laboratoire, la sentence est tombée : lymphome malin. Très malin, je trouve…

À bout d’énergie et à bout de souffle, Mali elle a été euthanasiée hier soir. Sa douleur est partie en même temps qu’est devenue très lourde sa grosse tête sur mes genoux.

C’est un étrange soulagement. Ce sera une grande absence à gérer.

Ciao ma douce!

Photo : madame au jardin se parfumant dans le cléthra et le thym-citron.

Mali

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Mon chien est malade

Veiller un grand chien haletant de grande fièvre. La détresse froide dans les grands yeux noisette.

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

L’apéro en famille

Les bons côtés de la technologie

Mon chum et moi on prend l’apéro mollo, bien installés dans le canapé.
Déposé sur la table, le téléphone (appel conférence longue distance main libre sans frais) nous permet de jaser de tout et de rien jusqu’à plus soif avec nos fils, chacun bien installé dans son canapé avec son apéro, chacun dans sa ville d’adoption.

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Janvier 16h30

En face de moi, à l’ouest, le soleil se couche, orange brûlée.

Derrière moi, à l’est, la pleine lune se lève, crème brûlée.

Coulant silencieusement de l’une à l’autre, le fleuve.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Le bandoneon et la tanguera

Bandoneon-1

Bandoneon-2

Bandoneon-3

Le bandoneon de Denis Plante, bandonéoniste, et Nancy Lavoie, tanguera.
Clichés tirés de la prise de vue pour l’affiche de ULTIMO, spectacle de la troupe Tango Vintage

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Le bandoneon

Bandoneon-6
Bandoneon-5lllllllBandoneon-4

Le bandoneon Alfred Arnold de Denis Plante.
Clichés tirés de la prise de vue pour l’affiche de ULTIMO, spectacle de la troupe Tango Vintage

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

À l’ancienne

À la quincaillerie aujourd’hui, le commis-quincaillier-ex-designer-graphiste était libre de jaser et de rigoler. On s’est rappelé l’époque sans l’ordinateur, le lettrage dessiné à la main, le tire-lignes, le rubylith, l’amberlith, le rapidographe, la soie de la sérigraphie et l’odeur du thinner…
Avant de se souhaiter, comme dans l’ancien temps, un Joyeux Noël!

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La voix de mon père

J’entends la voix de mon père :
«Regarde comme c’est beau!»…

J’aime voyager seule. Je roule vers l’ouest sur l’autoroute 40, direction Montréal.
Du nord au sud, stratus rose, couverture moite et douillette. En ce décembre de crachin tiède, le brouillard annoncé dilue la campagne dans un lavis d’aquarelle. L’étrange ciel, à la fois sombre et lumineux, miroite sur la chaussée d’acier qui file droit devant puis disparaît dans l’aveuglement. De chaque côté, les champs bleus s’arrêtent à l’orée de boisés fantomatiques, ou disparaissent un peu plus loin comme avalés par la mer.

«Regarde comme c’est beau!»…

Pendant que l’asphalte déroule ses kilomètres, Mazzy Star remplit l’espace sonore. Parfaitement assortie dans un intemporel et cyclique faux-country, la voix hypnotique et minimale de Hope Sandoval expire Blue Light :

There’s a blue light
In my best friend’s room
There’s a blue light
In his eye…

Puis, dans le grand virage de Yamachiche, le ciel s’ouvre d’un coup, antédiluvien. Cathédrale vertigineuse dans les grands vents. Gigantesques cumulus bordés d’or sur fond bleu roi. Fuseaux de lumière qui les frôlent et vont rallumer à tour de rôle des morceaux de paysage sous le soleil oblique de 15 heures.

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone