La ronce et la Belle au bois

« (…) il crût dans un quart d’heure tout autour du parc une si grande quantité de grands arbres et de petits, de ronces et d’épines entrelacées les unes dans les autres, que bête ni homme n’y aurait pu passer.»

Dans le fameux conte de Charles Perrault, la Belle, au lieu de mourir, fiou!, dormira tranquille pendant un siècle sous l’écran d’un fouillis végétal inextricable, don in extremis d’une jeune fée rusée.

Mais à part donner des mûres, fausses mais délicieuses, qu’a donc de si méchant cette ronce des bois. Comment (sauf si on est un prince charmant) nous barre-t-elle les pieds et nous prend-elle dans un piège si contrariant?

Bien sûr les rameaux de la ronce sont couverts d’aiguillons redoutables, comme ces rosiers rugueux que l’on peut, attendu que l’ont ait quelque talent pour la transgression, traverser. Mais ce n’est pas tout. L’arme de ce végétal futé est le marcottage. Les tiges de l’année se dressent, puis, alourdies par les généreuses grappes de mûrons, se prosternent jusqu’au sol où leur extrémité apicale s’enracine pour s’en redéployer dans tous les sens l’année suivante. Ainsi, de la plante initiale puis de chaque génération subséquente se développe un réseau exponentiel, roncier dense tressé d’une multitude d’arcs épineux solidement ancrés à leurs deux extrémités; comme autant de crocs-en-jambes portant fièrement leur nom.

One Comment

  1. Répondre
    pierre yves boily 24 septembre 2020

    ce n’est pas le Prince qui vinct les ronces, mais son destrier et son épée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *