Articles de la catégorie: Blogue

Nuit blanche

J’ai vu venir l’aube de loin.

Longtemps.

Froide. Lente. Muette.

Avançant lourdement.

 

J’aime le jour lumineux.

Fête. Cirque. Parade.

J’aime le crépuscule.

Promesse de repos. Baume sur le feu. Couverture sur les yeux.

J’aime la nuit noire.

Romance. Dormance. Latence.

 

Je hais l’aurore.

Levée de rideau cruelle sur ce qui reste, dévasté.

Série Nuits blanches-1

                                                                Série Nuits blanches-1 (pastel)

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Cimetières de Québec, lauréat

Le 8 novembre dernier avait lieu la 14e présentation des Prix des abonnés du réseau des bibliothèques de Québec.
Notre livre Cimetières de Québec est le récipiendaire du prix dans la catégorie «documentaire».
Vu le sujet de notre ouvrage, le fait qu’il ait été sélectionné par les lecteurs nous touche particulièrement.
Merci!

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Énigme

L’énigme de ce jour: pourquoi, après le vin, l’eau est-elle si sucrée?

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Miss Morphine

Pas bougé depuis une semaine.

J’ai rêvé à un entraînement de natation de très haut niveau. On avait rempli d’eau de mer les rues du centre-ville de Vancouver, gigantesque Venise moderne, où l’on nageait, entre les buildings (à la hauteur du 4e ou 5e étage) à très TRÈS vive allure. C’était comme voler! Je nageais en tandem avec Claude et nous étions parfaitement au tempo. Ah, c’était bon!

«Ça peut prendre deux semaines à faire effet». Le traitement m’a fait défoncer le plafond de la douleur hier après-midi. Rendu là, il n’y a plus de mesure, elle est partie pour la gloire, c’est l’âme qu’elle fait frire. Des heures, suspendue sur mes béquilles au milieu de la salle de séjour, en proie à la plus paralysante des paniques, j’ai regardé passer les minutes en hurlant comme un veau. Marc est arrivé, comme arrive un grand lac d’eau douce, et la peur, comme un mauvais chien, s’est sauvée la queue basse.

Il n’y a rien pour soulager l’âme, mais j’ai accepté la prescription requise scientifiquement par mon état, je devrais passer de Miss Cortisone à Miss Morphine. Hier soir j’ai plutôt pris le vin.  Aujourd’hui, j’ai une tête d’Halloween, mais j’ai un peu moins mal, un peu moins peur…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La poupée vaudou

Avoir mal sans pleurs, m’empoisonner sans peur, appréhender sans déprimer, attendre sans trop espérer…

J’attendais, c’est bien moi, un miracle immédiat qui ne se manifeste pas.
J’attendrai encore, recroquevillée, l’automne est déjà une éternité.

Il y a quelque part entre de mauvaises mains
une poupée vaudou à mon effigie
Mais Morphée m’a trouvée cette nuit
au moins.

À demain!

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Panique

Le traitement ne m’a offert que quelques journées endurables. La douleur est revenue, matraque. Vive, profonde, étendue, ininterrompue… comme une rage de dents lâchée lousse entre le dos et la cheville. Comme sa propre vengeance.

Je suis de moins en moins mobile. Mon cher bord du fleuve s’éloigne de jour en jour. L’univers ratatine, néant vertigineux…

Plutôt que faire dans la tragédie grecque, je ferai dans le Moyen-Âge, ou dans le Louis XIV. Je suis passée hier à la salle des tortures. J’ai un corset pour la marche, reste à y accrocher ample jupe à paniers, velours-taffetas, bouffants dentelle-organdi et vertugadin armé… à me poudrer un peu, une mouche sur la joue, et je pourrai être vagale tout mon saoul, tomber dans les pommes fera bien dans le portrait…

Vivement l’Halloween!

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

J’ai toutes les voiles dehors, je voyage en maison

4h18 AM

Branle-bas… tribord amures!

 

La maison est une nef ardente toutes voiles deferlées

La voilure de tourmentins à battants avale toute la bourrasque

Les drisses des stores claquent sur la mâture

Les haubans du toit grincent dans leur armure

 

Ai transporté mon lest à la proue, y ai fait bonne figure

Sirène immobile nez au vent, me suis laissée tanguer

Le cap est soigneusement gardé

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Neuropathie sévère

Une vrille neurophage descend dans ma jambe, je monte lire La rage dans ma chambre.

À hurler le soir

À hurler, le soir (pastel)

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Trempette

J’ai trempé longtemps dans l’eau froide salée. Je suis moins raide mais toujours al dente.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Accompagnement

Ma canne joue de la flûte. Par grand vent elle souffle une petite note: do…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Ouragan

J’ai mis mon habit de plongée et suis allée à la plage.

J’arrive de me faire brasser. Fleuve en furie, pluie à vous noyer à gué.

Comment va Irene?

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

IRM

21h15. On m’a tout de suite donnée en pâture à l’extraterrestre engin qui m’a avalée, digérée un peu, puis recrachée, après quatre séries de borborigmes vertigineux.
J’étais revenue chez moi à 22h15, magnétisée mais entière, je crois.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Princesse au bout du quai

Assise au bout du quai, le regard au loin, je reçus la visite du dodu ouaouaron. Il s’est assis à mes côtés dans la pose de Bouddha, a regardé dans la même direction que moi, l’air de se demander ce qu’il y avait à voir là.
Je l’ai dévisagé. Beau spécimen bien luisant en habit de camouflage, longs doigts de caoutchouc, belle cuisse. Regard doré exorbité, sourire béat irisé de vert lime, gorge blanche palpitante.
Après un quart d’heure d’immobilité sans coasser, l’air grenouille, le bredouille a replongé.
J’avais oublié de l’embrasser!

Puis le barboteur est arrivé. Bec et habit noirs, très sérieux, miroir bleu dans les rémiges, palmes rouges. Il est passé deux fois en parade sur le quai avant de s’y installer avec prudence. Séance de contorsions pour le grand ménage du costume à plumeaux.
Il s’est immobilisé deux ou trois fois, l’air hautain, me toisant de côté, l’œil en coin…
Quoi, on embrasse aussi les canards?

Lac Montauban

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Répit

Lorsque distraitement la douleur baisse la garde et s’endort, on peut mesurer ce qu’elle a volé. On réalise qu’elle nous a brisée, plombée, domestiquée.

Arrivée en sourdine par une tempête de février, la créature griffue s’est accrochée au creux de mes reins. Insidieuse comme l’accoutumance, la douleur charpentière a miné mon dos, brûlé ma jambe et soudé mon bassin. Toujours je sens son pouls qui palpite à contre-temps du mien.

Hier, le temps d’un rêve éveillé elle m’a oubliée. À l’ombre du vieux merisier, j’ai fermé les yeux et me suis envolée. J’ai couru jusqu’au bout de la rivière, nagé jusqu’à la fin des lacs, grimpé jusqu’au couronnement des falaises. J’ai plongé, comme saute l’ange, puis explosé cent mètres plus bas dans l’eau douce et profonde du lac noir.

À son réveil j’ai rouvert les yeux et me suis demandé, les ailes repoussent-elles?

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Ventée

J’arrive du fleuve.

Onde jade sur fond de ciel noir, je croyais qu’un vent rude allait me recevoir.

Il a été beaucoup plus doux, il m’a murmuré vooous

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

La boîteuse va-t-en-guerre

ce matin armée jusqu’aux dents

je m’en vais de ce pas clopinant

couteau dans le dos jambe de bois et pistolet à mousse

passer un savon aux perce-oreilles qui tous

ayant senti hier soir un petit frisson

ont cerné puis investi ma maison

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Gris vs bleu sur la rive

Ce duel m’apaise, je suis restée jusqu’à la fin.

De l’est éblouissant, le soleil levant séchait ma joue. De l’ouest opaque, le vent mouillé léchait mon cou. Il y eut des pauses et des revirements, bouffées de chaleur, étal et chair de poule, des longueurs, des largeurs et même un peu d’éternité.

Spectatrices discrètes, une femme et son chien ont fait la statue sur une roche boueuse. Les faune et flore lilliputiennes ont grouillé au creux des flaques visqueuses. Du large un cargo a lancé des vagues, deux poissons ont sauté, deux arbres sont passés. Le héron nous a saluées. La brume s’est finalement couchée sur la marée baissante qui l’a toute emportée. De toute évidence, le bleu a gagné.

Je ramène dans mes cheveux les odeurs vivantes de boue, d’algues, de moules. Et, tiens, cette autre, restée d’un baiser sur ma main au petit matin.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Chronique du dos

Stratus, le ciel à cette heure.

Stratus mon humeur. Mauvaises journées de mécanique. Le couteau est revenu dans mon dos.
Si jamais je ne puis plus marcher, ni danser, je pourrai toujours me traîner jusqu’au bord de l’eau, me sauver à la nage rejoindre les autres poissons-volants.

Tiens, j’essaierai de me traîner à la plage en matinée, voir la brume se lever.
Peut-être…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Mauvaises herbes

En vedette ces temps-ci parmi les mauvaises herbes, les belles ombrelles des ombellifères: carotte et panais sauvages, et la vilaine petite cigüe.

Leur rôle à toutes aujourd’hui: petits parapluies.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

L’onde ou la marmite

l’onde ou la marmite… j’avais le choix
j’ai fait mon baptême du spa

mais voilà
son eau désinfecte et cuit
celle du fleuve me rafraîchit

plutôt sentir la moule que la lessive
je serai sur la rive la prochaine fois

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone