Miss Morphine

Pas bougé depuis une semaine.

J’ai rêvé à un entraînement de natation de très haut niveau. On avait rempli d’eau de mer les rues du centre-ville de Vancouver, gigantesque Venise moderne, où l’on nageait, entre les buildings (à la hauteur du 4e ou 5e étage) à très TRÈS vive allure. C’était comme voler! Je nageais en tandem avec Claude et nous étions parfaitement au tempo. Ah, c’était bon!

«Ça peut prendre deux semaines à faire effet». Le traitement m’a fait défoncer le plafond de la douleur hier après-midi. Rendu là, il n’y a plus de mesure, elle est partie pour la gloire, c’est l’âme qu’elle fait frire. Des heures, suspendue sur mes béquilles au milieu de la salle de séjour, en proie à la plus paralysante des paniques, j’ai regardé passer les minutes en hurlant comme un veau. Marc est arrivé, comme arrive un grand lac d’eau douce, et la peur, comme un mauvais chien, s’est sauvée la queue basse.

Il n’y a rien pour soulager l’âme, mais j’ai accepté la prescription requise scientifiquement par mon état, je devrais passer de Miss Cortisone à Miss Morphine. Hier soir j’ai plutôt pris le vin.  Aujourd’hui, j’ai une tête d’Halloween, mais j’ai un peu moins mal, un peu moins peur…

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *