Printemps Beethoven

À la Chapelle historique Bon Pasteur, en huit concerts abordables, Christian Liotta joue par coeur l’intégrale des 32 sonates pour piano de Beethoven.

Sans ostentation ni mièvrerie, incontestable et assuré, le pianiste sobre et poli s’efface pour qu’elle prenne toute la place. Elle se déploie et existe, là, comme allant de soi. Limpidité dans la gravité, énergie dans les élans, rigueur dans la légèreté. Phrase claire, ton net, mot juste. Musique franche.

En particulier la marche funèbre, agréablement pleine de lumière, puis la finale, envolée, sur le dernier mouvement de la Sonate nº18 en mi bémol majeur.

 

Partagez Share on LinkedInShare on FacebookEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *